Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:26

La fonction publique hospitalière doit être privilégiée dans le déploiement de l'intéressement collectif

15/01/13 - 18h32 - HOSPIMEDIA |

La fondation Fondact a publié ce 15 janvier un rapport sur l'intéressement collectif dans la fonction publique, dans lequel elle juge que la composante hospitalière doit être privilégiée. Elle propose ainsi la mise en place d'un Plan d'épargne hospitalier.

"La fonction publique hospitalière est à la fois celle où les besoins de mobilisation du personnel sont les plus cruciaux et où tant les esprits que le cadre réglementaire sont les plus favorables à un déploiement rapide de l'intéressement", souligne Alain Verret, directeur d'hôpital honoraire dans un rapport qu'il a rédigé pour la fondation Fondact sur l'intéressement collectif dans la fonction publique, diffusé ce 15 janvier. "La base législative a été posée il y a plus de deux ans. De nombreux acteurs locaux se montrent intéressés. Pourquoi attendre plus longtemps ?", interroge ainsi Michel Diefenbacher, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes et ancien député du Lot-et-Garonne, qui a présidé le groupe de travail à l'origine de ce rapport.

Une application "timide" et "essentiellement individuelle"

Ce rapport donne des pistes pour développer l'intéressement collectif dans la fonction publique et recense les aménagements techniques à adopter pour faciliter l'instauration du dispositif. "Plus que jamais", le contexte est favorable à un tel déploiement, écrivent-ils. Pourtant, les applications restent "timides" et les montants distribués "assimilés à une rémunération complémentaire". Les rapporteurs l'estiment à ce titre entre 150 et 600 euros par an avec une distribution "essentiellement individuelle". Pourtant, potentiellement, 5,3 millions d'agents, dont 20% dans la fonction publique hospitalière, sont concernés.

Proposition de plan d'épargne hospitalier

Le contexte économique et réglementaire de la fonction publique hospitalière en fait un candidat à "privilégier", jugent les auteurs, qui établissent en parallèle une "check-list" des points à étudier, avant d'instaurer cet intéressement collectif (périmètres d'application pertinents, personnes éligibles, choix des critères, modalités d'information et de négociation...).

Dans son rapport, la fondation opte pour la création d'un "Plan d'épargne hospitalier" (PEH), équivalent en entreprise à un plan d'épargne entreprise. Sa mise en place serait laissée à l'initiative de l'établissement hospitalier et le choix du teneur de compte et du gestionnaire des fonds relèverait de la responsabilité de l'établissement, ou serait mutualisé pour la fonction publique hospitalière. Fondact précise que "le versement sur le PEH donnerait à l'agent d'un service hospitalier un avantage fiscal si le placement est effectué pour une durée minimum de cinq ans". Elle propose en outre que ce PEH soit alimenté par une conversion des droits figurant dans le Compte-épargne temps (CET). Un transfert qui renforcerait alors la visibilité sur les montants proche de 800 millions d'euros, souligne au passage la fondation.

Pia Hémery

Michel Diefenbacher, ancien député du Lot-et-Garonne, auteur du rapport sur «L’intéressement collectif dans la fonction publique».

Pourquoi étendre l'intéressement au secteur public?

Pourquoi vouloir étendre à la Fonction Publique le dispositif d’intéressement des salariés aux résultats de leur entreprise ? Parce que c’est un beau succès. Il bénéficie aujourd’hui à un salarié sur deux. Le montant moyen des primes annuelles dépasse 1500€ dans le secteur privé et voisine 600€ dans les entreprises publiques. C’est plus de pouvoir d’achat. C’est aussi un renouveau du management : définition d’objectifs partagés, meilleure cohésion des équipes, recul de l’absentéisme.

Pourquoi donner la priorité à la Fonction Publique Hospitalière ? Parce qu’elle attend depuis longtemps : les premières tentatives remontent au début des années 1990. Parce que les directeurs d’hôpitaux se sont montré les plus intéressés. Parce qu’il y a un enjeu important à la fois pour la santé des patients et pour celle de l’assurance-maladie ! Les hôpitaux, c’est plus d’un million d’agents, une masse salariale qui augmente de 2,5% par an et 26,6% du budget de l’assurance-maladie. Là aussi, la compétitivité, ça compte !

Peut-on démarrer alors que le décret d’application de la loi de 2010 n’est pas encore pris ? C’est au Ministère de la Santé de répondre. Mais à mon sens, à titre expérimental oui ! Il s’agirait dans l’immédiat pour les hôpitaux les plus motivés de commencer à négocier des accords d’intéressement. Cette procédure pragmatique permettrait d’identifier de la manière la plus concrète les points qui relèvent du pouvoir règlementaire et ceux qui peuvent être laissés à la discussion locale.

En toute hypothèse, le moment est venu de « passer à l’acte » !

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:07

 

 

  Pour lire ou télécharger le tract, cliquer sur celui ci

 

Tract-31-janvier-2013.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 09:44

 

Pour lire, ou télécharger, le communiqué en PDF, cliquez sur celui ci

 

 

Accord de Wagram

 

Rien contre le chômage, le Medef a bloqué toute avancée pour les salariés dans cet accord signé par une minorité syndicale

 

Emploi : à gauche du PS, l’accord syndical fait l’unanimité contre lui

 

Le Medef et Cahuzac dʼaccord pour dynamiter les retraites

 

 

L'accord sur l'emploi relance l'axe CGT-FSU-SUD


Les principaux acteurs auront changé, mais la convergence entre la CGT, la FSU et SUD, mise entre parenthèses ces derniers mois, est ravivée par l’opposition partagée à l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 relatif à la sécurisation de l’emploi.

 

L’axe initié par Gérard Aschieri et Bernard Thibault revient d’actualité, alors que le premier a cédé les rênes de son syndicat à Bernardette Groison et que le second s’apprête à passer le relais à Thierry Lepaon, à l’occasion du 50e congrès convoqué du 18 au 22 mars à Toulouse. La FSU, qui n’avait pas accès à la négociation, considère le texte avalisé par la CFDT, la CFTC et CFE-CGC comme néfaste. L’unique bénéficiaire n’en serait que le Medef. « L’intransigeance patronale est totalement inadaptée pour répondre à la crise économique et sociale », analyse la FSU en s’appuyant sur des statistiques de l’Acoss : « sur 19 millions d’embauches, 12 millions ont été des recrutements en CDD de moins d’un mois, 4 millions des CDD de plus d’un mois et 3 millions en CDI. » Un parfait écho au refus de la CGT pour qui « ce texte marque une grave régression des droits sociaux », car « il contient de multiples dispositions pour faciliter les licenciements et accentuer la flexibilité ». La FSU appelle déjà à la constitution d’un front du refus. « Il est désormais nécessaire de travailler à la construction de propositions convergentes, unitaires, répondant à la situation dramatique du travail que nous vivons. Nous sommes prêts à y contribuer », lancent les dirigeants en se tournant vers Montreuil et vers SUD, lui aussi farouchement opposé à l’accord du 11 janvier, qualifié d’« inacceptable », car il « institutionnalise davantage la précarité, en se dégageant des obligations du licenciement économique ». Les trois syndicats ayant précédemment déclaré partager « des valeurs communes, avec des points de vue différents ». Ils avaient amorcé un rapprochement institutionnel en 2009, réactivé en 2011 par un programme de travail portant sur l’avenir du syndicalisme, notamment au sein de la jeune génération, la formation tout au long de la vie et l’accompagnement social de la petite enfance. Des colloques avaient été organisés dans ce cadre. Reste à voir si les « mobilisations » promises séparément par la CGT et par SUD rejoindront « les propositions convergentes, unitaires » prônées par la FSU. Et surtout si ce combat d’arrière-garde portera ses fruits. Bernard Thibault a beau inviter le gouvernement à travailler sur « un projet de loi d’une toute autre nature » et les parlementaires à « ne pas transposer à l’aveugle » le texte de l’accord, l’enjeu pour le président François Hollande paraît trop stratégique pour ne pas discipliner les élus du groupe socialiste. Outre les membres de l’exécutif, le président du Sénat, Jean-Pierre Bel et le secrétaire général du Parti socialiste Harlem Désir s’y emploient déjà.

Source : Gestion sociale

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 10:52

 

 

 

Vire manif du 12 janvier

 

 

 

48 heures après l'annonce par le député (PRG) Alain Tourret d'une très probable réouverture de la maternité de Vire à la fin janvier, dans quelle ambiance allait donc se dérouler la manifestation prévue de longue date ? Organisée ce matin autour des revendications scandées depuis plus de deux ans, allait-elle se transformer en manifestation de joie ?

Premier constat à 10 h 30 devant la Porte-Horloge, l'annonce de la victoire a totalement démobilisé les manifestants. Ils étaient à peine 350 derrière les banderoles.

 

Contents mais prudents

 

Et puis l'initiative du député n'a pas été du goût de tout le monde. Suspecté de récupération et d'opportunisme politique dans le cortège, ils s'en défend : « Bien sûr, le collectif a beaucoup travaillé, mais moi aussi depuis six mois. Pourquoi serais-je le seul à ne pas pouvoir m'exprimer ?» Contents et prudents ont été les deux adjectifs les plus répétés dans la matinée. « On y croira vraiment quand le premier bébé sera né». Il restera ensuite six mois pour assurer définitivement le coup et recruter un dernier gynécologue. Avec un service qui marche, tout le monde pense que ce sera plus facile. «La lutte n'est pas terminée», préviennent les membres du collectif. L'année 2013 verra-telle d'autres manifs à Vire ?

 

Source :Ouest France

 

 


 
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 10:19

Le "pacte de confiance" voulu par le gouvernement avec l'hôpital public, élaboré par une mission qui va rendre son rapport à la fin du mois, prône notamment un changement dans le financement et la gouvernance des établissements, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

 

Parmi les "pré-conclusions" du rapport, données oralement mercredi par le président de la mission, Edouard Couty, devant de nombreux responsables du monde de la santé, il est proposé que la tarification à l'activité (T2A) ne soit plus le mode essentiel de financement des hôpitaux et qu'elle soit remplacée en partie par des forfaits budgétaires, dans une proportion à définir.

 

La création d'un observatoire indépendant pour surveiller la réforme du financement est également demandée, selon ses sources.

 

En matière de gouvernance, M. Couty, ancien directeur des hôpitaux, s'éloigne du principe contenu dans la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST), dite loi Bachelot, de 2009, selon lequel le directeur est le "seul patron à l'hôpital".

 

Il prône une direction plus collégiale, suggérant notamment la création d'un conseil de direction présidé par le directeur, et le remplacement du conseil de surveillance par un conseil d'établissement aux compétences plus larges et dans lequel les élus locaux, écartés par loi Bachelot, retrouveraient un rôle.

 

Les internes en médecine et les "assistants hospitaliers" devraient être mieux représentés au sein des commissions médicales d'établissement (CME, "parlements médicaux des hôpitaux"), de même que les usagers qui pourraient avoir leur comité dédié et un pouvoir d'alerte auprès du directeur ou du conseil d'établissement.

 

Les travaux de la mission aboutissent à une "révision en profondeur de la loi HPST" a déclaré M. Couty, selon les mêmes sources.

 

Le rapport définitif doit être remis fin janvier à Mme Touraine qui a promis de prendre des premières décisions dès février.

 

Si les propositions de M. Couty ont été bien accueillies par la plupart des participants à la réunion de synthèse de la mission, la CGT a exprimé par la suite de vives critiques, reprochant au gouvernement de rechercher le consensus plutôt que de faire une politique de gauche.

 

"En refusant l'affrontement politique avec les ultra-libéraux, ils sont sur le reculoir", a affirmé à l'AFP le médecin urgentiste Christophe Prudhomme, estimant qu'un mouvement social dans le secteur de la santé était envisageable dans le courant du premier semestre étant donné le mécontentement actuel.

 

Source: Actusoins.com

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 11:43

Catégorie C : le changement c’est pour quand ?

 

 

 

Les personnels de catégorie C : agents des services hospitaliers, aides soignants-es, adjoints administratifs, ouvriers constituent la majorité des agents des établissements. Ils sont aussi les oubliés des différentes revalorisations de carrières qui ont été obtenues ces dernières années.

 

Un agent des services hospitaliers démarrant au SMIC mettra 8 années pour gagner 23 euros de plus par mois, l’évolution de carrière (durée moyenne) sur 30 ans sera de moins de 300 euros.

 

Un-e aide-soignant-e est embauché-e avec un salaire de base (hors prime) de 4,63 euros au dessus du SMIC, (ils-elles sont néanmoins titulaires d’un diplôme d’Etat !)

 

Un adjoint administratif de 2ème classe (chargé de tâches administratives comportant la connaissance et l’application de dispositions législatives et réglementaires, pouvant également être chargé de fonctions d’accueil et de secrétariat et être affecté à l’utilisation de matériels de communication) démarre aussi au SMIC

 

Un ouvrier professionnel qualifié (effectue des tâches techniques nécessitant une expérience professionnelle et ayant un niveau de formation au moins équivalent à un CAP) débute aussi sa carrière 4,63 euros au dessus du SMIC.

 

Déroulements de carrière particulièrement inégalitaires !

 

Les premiers échelons des catégories C progressent entre 1 et 3 points indiciaires (4,63 à 13,89 euros). Alors que les débuts de carrière des catégories A progressent quant à eux entre 14 et 25 points (64,82 à 115,75 euros). Un ASHQ (échelle 3) devra attendre 14 ans de carrière pour que son salaire dépasse le SMIC.

 

La smicardisation atteint de plus en plus d’agents de la Fonction Publique Hospitalière. L’infime augmentation octroyée au 1er janvier de 0,3% (4 euros net) entraînera le relèvement d’un point indiciaire les premiers échelons de l’échelle 3.

 

Plusieurs protocoles ont permis des revalorisations, très inégales certes, des catégories classées en B et en A, alors que les catégories C sont restées sur le carreau …

 

Les inégalités salariales s’accroissent de plus en plus et les perspectives de revalorisations pour 2013 sont aujourd’hui inexistantes, le gouvernement ayant annoncé la poursuite du gel de la valeur du point.

 

Loin de nous l’idée de penser que certains gagnent trop, ce sont les agents de catégorie C qui sont sous payés.

La perte du pouvoir d’achat des agents de la catégorie C, année après année, fragilise encore plus ces personnels.

 

Ensemble, toutes filières C confondues, exigeons une reconnaissance de ces métiers, de leurs compétences, de leurs spécificités. Ils sont essentiels dans les structures de santé.

 

Les agents de la catégorie C ne doivent plus être laissés pour compte !

 


Tract : Catégories C le changement c’est pour quand !

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 10:05

 

Retrouvez la page "Facebook" en cliquant sur l'image ci dessous

 

551018 527327113958084 45125275 n

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 09:16

 

 

 

 

 

Voeux 2013

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 18:09

 

Pour lire cette lettre en PDF, cliquez sur l'image ci dessous

 

 

 

Courrier inter à Mme Le Ministre

 

Courrier inter à Mme Le Ministre 2

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 08:54

 

 

Sapin de la santé en UE

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives