Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 08:50

 

Saint Sébastien sortie de crise

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 18:19

 

 

 

121221111043005 73 000 apx 470

 

Solidaire les uns des autres, le personnel du centre de soins de suite (70 personnes environ) a fait grève pendant une semaine.

 


Après une semaine de grève, le personnel (infirmiers, aides-soignants, agents d’entretien) du centre de soins de suite et de réadaptation de Saint-Sébastien-sur-Loire (groupe Harmonie soins et services) a décidé de la fin du mouvement hier soir très tard. Le protocole d’accord a été signé, même s’il ne satisfait pas totalement les employés qui se sont « battus pour des postes, pour une meilleure prise en charge des patients », note le secrétaire du CHSCT. La direction a fait des propositions notables concernant les aides-soignants et les agents d’entretien, des recrutements sont en cours.

 

Source : Ouest France

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 18:06

 

 

 

P1D2264377G px 512

 

Dans le centre de convalescence et de soins de suite de Saint-Sébastien-sur-Loire, les grévistes ont noté leurs revendications à l’attention du Père Noël.

 

Le personnel du centre de convalescence et de soins de suite de Saint-Sébastien-sur-Loire (qui dépend du groupe Harmonie mutuelle), en grève depuis jeudi, a écrit ce mot au pied du sapin. « Cher Père Noël, nous avons tous été bien sages cette année, nous méritons grandement trois postes d’aides-soignants, trois postes d’agent de service, trois postes d’infirmières. Merci de ton attention. » Aides-soignants, infirmiers, agents de service,« épuisés » par le sous-effectif, sont mobilisés. Les représentants syndicats de Sud sont actuellement en négociation avec la direction de l’établissement. Ce centre accueille 85 patients âgés.

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:53

Depuis début décembre, les cadres de santé paramédicaux manifestent. Ils devraient désormais obtenir une revalorisation de leurs salaires. Des négociations sur les statuts et les conditions de travail débuteront en janvier.

 

Rassemblés le 18 décembre devant le ministère de la Santé, avant de poursuivre une assemblée générale intersyndicale, les cadres en blouse blanche ont obtenu gain de cause sur une première revendication : le décret dit « de reclassement ». Ce dernier qui permet notamment une revalorisation de la grille indiciaire et des salaires devrait sortir fin décembre.

«  Il devait être publié avant le 30 juin pour entrer en vigueur le 1er juillet. Ce retard pénalise les cadres car aucune rétroactivité n’est possible », explique Jean-Luc Le-Quernec- Bosson, secrétaire général du Syndicat Sud Santé AP-HP, après avoir été reçu avec plusieurs collègues par Michèle Lenoir-Salfati, adjointe à la sous-direction des ressources humaines et par Sébastien Leloup de l’ARS (Agence Régionale de Santé). « Ce décret était déjà prêt avant les présidentielles. A croire que Xavier Bertrand l’a emmené dans son attaché-case », souligne-t-il avec une pointe d’humour.

Certes, il ne s’agit encore que d’un premier sparadrap pour panser le mal-être croissant des cadres en blouse blanche. Dérives sur le temps de travail, flou juridique autour des gardes et astreintes « administratives », forfaitisation quasi-automatique des heures de RTT,… : les sujets de revendications et de conflits se sont accumulés.

Le six décembre dernier, ils ont ainsi fait irruption dans une salle de réunion de la direction de l’hôpital Saint-Antoine. Le lendemain, ils étaient présents à un CTEC (Comité technique d’établissement central) au siège de l’AP-HP et les premières négociations ont ainsi débuté avec Christian Poimboeuf, directeur des ressources humaines.

 

Les « mardis des cadres »

 

«  Nous avons refusé le principe du groupe de travail, des comités « pot-au-feu » dont rien ne ressort au final et nous avons obtenu la mise en place de négociations au ministère qui se tiendront tous les mardis matin en janvier », explique Jean-Luc Le-Quenec- Bosson.

Le calendrier a été acté pour les quatre prochaines réunions : négociations sur le temps de travail, puis définition statutaire des gardes et des astreintes, plan de résorption des faisant-fonction de cadres (FFS), avant de discuter du positionnement des cadres dans l’institution et des conditions de travail.

« Avec la réduction du nombre de cadres paramédicaux, les établissements nous imposent des gardes, ce qui consiste à faire le travail des administrateurs de garde, à redéployer le personnel en fonction des besoins les nuits, les week-ends,… Or ni les gardes ni les astreintes téléphoniques depuis le domicile n’existent sur le plan statutaire  », explique Michèle Laplanche de la CGT.

Ainsi les rémunérations des « gardes » vont de 25 à 300 euros, selon l’établissement. Cette dernière critique « le manque de concertation et de dialogue social lié à la complexité du système hiérarchique mis en place par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) ». « Les conditions de travail se sont détériorées », insiste Jean-Luc Le-Quernec-Bosson qui rappelle que le suicide d’un cadre de santé de l’hôpital Bichat en 2008 vient d’être reconnu comme « imputable au service ».

 

Source: actusoins;com


 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:50

 

 

Contre ordre com de presse

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:48

 

 

 

Appel 31 janvier 2013

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 18:33

 

 

 

 

CSSR1

CSSR2

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 18:24

 

 

 

 

Mt St Martin

 

Retrouvez l'article du républicain Lorrain ici

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 18:06

"Nous ne quitterons pas ce bureau tant que l'ARS (Agence régionale de la santé) ne nous donnera pas de rendez-vous ! " Hier à 14 h, 12 représentants de l'intersyndicale des établissements hospitaliers (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, Sud, INPH) ont débarqué sans crier gare chez Philippe Thomas, administrateur provisoire d'Unisanté (hôpitaux Marie-Madeleine de Forbach et Lemire de St-Avold). Le directeur n'étant pas là, les syndicalistes se sont confortablement installés, avec thermos de café et gâteaux, pour l'attendre durant une bonne heure et demie.

Prêts à coucher dans le bureau

 

« Nous ne partirons pas d'ici tant que nous n'aurons pas une date de la part de l'ARS, l'a immédiatement prévenu Patrick Koch, porte-parole de l'intersyndicale. Nous avons des sacs de couchage. Si nous n'avons pas de réponse, nous passerons la nuit ensemble ! » Flegmatique, Philippe Thomas a écouté les revendications du groupe avant de téléphoner au directeur de l'ARS, Jean-François Bénévise.

 

« Nous demandons l'arrêt immédiat des restructurations et fermetures de services et des lic enciements réels ou déguisés (CDD) », insiste le porte-parole, en regrettant que « contrairement à ce que nous disent les directeurs des quatre sites les restructurations continuent. » L'intersyndicale constate que « le gouvernement et nos tutelles jouent la montre. Ils restent sourds à nos revendications, à nos propositions et nous méprisent. On nous balance des décisions de l'ARS sans aucune concertation. Ce n'est pas normal que M. Bénévise ne veuille pas nous entendre. »

« On soigne à flux tendus »

 

Une syndicaliste s'émeut du sort des CDD de plus en plus nombreux dans la fonction publique « 180 actuellement chez nous alors que l'État devrait donner l'exemple. Certains sont sur des postes vacants et pourraient passer stagiaires, ils sont là depuis 4-5 ans, et voient leur contrat reconduit de mois en mois. Cette précarité n'est pas normale », s'offusque la professionnelle. Elle dénonce les heures supplémentaires non payées, les récups pas prises, le non-respect du temps de travail... « Aujourd'hui, je trouve que les infirmières sont vraiment mal traitées. On soigne à flux tendus. On est au bout du bout. » Elle interpelle également l'administrateur d'Unisanté sur son manque de concertation, « V ous ne réunissez jamais le conseil de surveillance », lui reproche-t-elle.

Rendez-vous est pris

 

« Faux », rétorque Philippe Thomas, expliquant que ce sont les syndicats qui ont boycotté le dernier CHSCT. « Si on ne siège plus, c'est parce que les restructurations se font de façon sauvage », lui répondent les syndicats.

 

L'administrateur se défend de supprimer des postes : « On envisage une réorganisation des ressources pour tenir compte de la géographie des lieux et des services de soins. Il n'y a pas de suppressions d'emplois mais des départs volontaires ou à la retraite, 119 personnes se sont déjà montrées intéressées. » Et annonce une réunion le 12 décembre, avec la direction de soins et cadres de santé pour parler de cette nouvelle organisation, « vous voyez, une larg e concertation va commencer. »

Manifestation le 15 décembre à Forbach

 

La même opération coup-de-poing a eu lieu simultanément à l'hôpital Robert-Pax de Sarreguemines. Là aussi les syndicalistes se sont montrés fermes sur la date du rendez-vous.

 

« Nous avons finalement eu une réponse. Le directeur de l'ARS a proposé de nous rencontrer le 17 décembre », se félicitait Patrick Koch, en fin d'après-midi.

 

L'intersyndicale n'a pas l'intention de relâcher la pression. Après l'organisation d'une réunion publique le 29 novembre à Forbach, d'une manifestation le 1er décembre dans les rues de Sarreguemines, elle appelle à la mobilisation générale le samedi 15 décembre à Forbach. Elle donne rendez-vous à toute la population à 14 h devant la mairie où un défilé est prévu jusqu'à la sous-préfecture pour dire : « Non à la casse hospitalière ! »

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 17:47

COMITE DE DEFENSE DU CHI ANDRE GREGOIRE DE MONTREUIL :

 

OU EN EST-ON ?

Le 10 décembre 2012

 

En plusieurs mois de campagne, le Comité de Défense du CHI André Grégoire de Montreuil a fait signer plus de 6 000 habitants des villes de Montreuil, Bagnolet, Noisy- le- Sec, Romainville, Rosny-sous-Bois, rassemblé des centaines d’entre eux dans le cadre de réunions publiques pour exiger :

 

-          Le maintien intégral de tous les services de l’hôpital ;

-          La réouverture des urgences chirurgicales de nuit et de week-end ;

-          Aucune suppression de postes ;

-          Des moyens pérennes pour fonctionner et investir ;

-          L’abrogation de la tarification à l’activité et de la loi Bachelot.

 

Cette campagne est un appui à l’action engagée par les personnels et leurs organisations syndicales pour défendre leurs services, leurs postes et leurs conditions de travail.

 

Pour rappel : la décision de l’ARS, en application directe de la loi Bachelot, de fermer dès le 1er février 2012 le service chirurgical des urgences la nuit et le week-end a plongé l’hôpital et ses services dans une spirale qui les menace dans leur existence même, y compris le service de la maternité : des médecins anesthésistes, mis dans l’impossibilité d’exercer leur métier, ont demandé leur mutation ; le service chirurgical des urgences de jour a été fermé 24h/24, 7 jours sur 7 depuis le 1er octobre 2012…

 

Aujourd’hui, où en est-on ?

 

Face à la mobilisation, l'administration provisoire a fait appel à deux médecins anesthésistes vacataires et un médecin retraité, permettant la réouverture depuis le 3 décembre et jusqu'à fin avril du service chirurgical des urgences de jour (jusqu'à 22h) et de week-end (jusqu'à 18h).

 

Face à la mobilisation toujours, l'ARS s'est engagée à « pérenniser et consolider l'hôpital », mais dans le même temps persiste à vouloir mettre en place les restructurations imposées par la loi Bachelot. Ainsi, la lettre de mission de l’ARS à l’administration provisoire ne peut que susciter les plus vives inquiétudes:   

 

-    « Rétablir une gouvernance efficace au sein de l’établissement… »

-   « Prendre les mesures susceptibles de redresser la situation financière, notamment par la mise en œuvre d’un plan de retour à l’équilibre… »

-          « Redéfinir le, positionnement de l’établissement dans l’offre de soins de la zone Est du territoire de santé, notamment par la refonte du projet médical… »

 

« Prendre des mesures susceptibles de redresser la situation financière »: s’agit-il de poursuivre l’offensive de restructuration de l’hôpital, en rationalisant des services, supprimant des postes sous couvert de « retour à l’équilibre » ?

« Redéfinir le positionnement de l’offre de soins » : s’agit-il de maintenir la décision de suppressions des urgences chirurgicales de nuit à l’hôpital de Montreuil, ou encore la fermeture d’un service spécialisé ?

Au bout du compte, s’agit-il d’imposer la dictature de la « tarification à l’activité » qui oblige l’hôpital à sans cesse se financer sur les marchés financiers, tant pour l’investissement que le fonctionnement ?

Et ces questions se posent avec d’autant d’actualité qu’au même moment on apprend que le gouvernement entend supprimer 657 millions d’euros supplémentaires pour le financement des hôpitaux en 2013 !

 

Il est clair que rien n’est réglé. Les menaces sont toujours présentes.

 

Le comité de défense du CHI a décidé d’amplifier sa campagne, de multiplier les signatures sur sa pétition.

Il demande solennellement une entrevue à Mme Voynet, présidente du conseil de surveillance du CHI, et de soutenir publiquement  les  revendications sur lesquelles se sont regroupés les milliers de signataires.

 

 

Pour tout contact: defense.chi.gregoire@gmail.com
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives