Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 20:58

Dans "3D" dimanche, la démission avant l'été d'un grand patron de l'hôpital de la Timone à Marseille, considérant que l'administration ne lui donnait plus les moyens de soigner les malades ; le risque de disparition des anesthésiants trop peu rentables pour les laboratoires  ; et Servier qui, par le Médiator, fait passer le profit avant la santé. Services publics, beau thème de campagne, non?

Les invités de cette 1ère partie : François Nicoli, André Grimaldi, Jacques-Emmanuel Trouvé  et Valéry Soulleihet.

Lien ci dessous


la santé malade de la rentabilité

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 19:39

 

 

Pour lire le 4 pages, cliquez dessus

 

 

Osez SUD

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Elections
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 10:48

Au centre hospitalier Robert-Bisson, les personnels de la maison de retraite sont au bout du rouleau. L’été a été infernal. Ils ont déposé un préavis de grève pour le 8 septembre. Les représentants du personnel veulent faire part au ministre du Travail et de la Santé, Xavier Bertrand, de leurs préoccupations quant aux conditions d’accueil et de travail des personnes âgées. L’association des usagers Avenir hôpital pays d’Auge appelle avec eux à une mobilisation dans le hall du centre hospitalier à partir de 14 h

 

 

Source : Ouest-France

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 19:38

Tract destiné aux personnels de l'hôpital de Lisieux pour la visite de X Bertrand le 8 septembre.

 

Pour lire le tract en PDF, cliquez dessus

 

 

Invitation imaginaire

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 19:21

L'hôpital de Bayeux vivait dans une certaine harmonie. Mais depuis le 5 juillet 2011 tout s'est effondré. Le Plan de Retour à l'Equilibre veut tailler en pièce tous nos acquis sociaux. Rassurez vous, la Direction, les Cadres et les Médecins ne seront pas touchés.......

 

 

Pour retrouvez la suite du tract en PDF, cliquez ci dessous

 

 

 

 

Action Bayeux

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 19:08

Dégradation des conditions de travail, modifications des horaires de travail et des repos, transferts de tâches, c'est le quotidien de l'ensemble des agents de l'établissement.

La situation faite aux sages femmes par l'administration entre pleinement dans ce cadre.

SUD CHRU soutient le personnel du service de gynécologie obstétrique en grève.

Pour SUD CHRU, seule la lutte de l'ensemble des agents de l'établissement pourra mettre un frein à la désorganisation concoctée par l'administration.

 

Manif

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Luttes au CHU de Caen
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 15:23

Fin juin, la Fédération de l’hospitalisation privée lançait un appel visant à réformer la formation des infirmières. Surprenant, à l’heure où le nouveau référentiel de formation est encore en phase de rodage… Explications du président, Jean-Loup Durousset.


« Les jeunes cherchent du travail, les employeurs cherchent des infirmières, mais les uns et les autres ne se rencontrent pas. » C’est ce constat qui pousse Jean-Loup Durousset, président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) à vouloir réformer la formation des infirmières. Dans un communiqué de presse daté du 28 juin dernier, la FHP dénonçait en effet la faiblesse des quotas d’admission en première année d’études préparatoires au diplôme d’Etat infirmier et réclamait une réforme des études infirmières.

Avec seulement 107 places de plus ouvertes en première année d’Ifsi par rapport à l’an dernier (30 846 contre 30 739), le quota 2011-2012, semble insuffisant à la FHP pour couvrir « tous les besoins des acteurs ». Et la fédération de s’étonner que les établissements de santé privés ne soient pas « questionnés sur l’identification de leurs propres perspectives d’emploi infirmiers ».


Rehausser les quotas


« A l’issue du concours, 30 000 candidats sont retenus pour intégrer l’Ifsi chaque année », rappelle Jean-Loup Durousset à Espaceinfirmier.com. « Mais par la suite, seules 27 ou 28 000 infirmières suivent le cursus jusqu’à son terme, et 24 000 d’entre elles sont finalement diplômées. Il y a donc 20% de pertes entre l’objectif de départ et le chiffre d’arrivée. Partant de ce constat, pour atteindre les 30 000 infirmières à la sortie de l’école, il faudrait en accepter 36 000 à l’entrée », argumente le président de la FHP. Or, le financement des Ifsi relève du conseil régional. « Les quotas imposés à leur entrée sont donc rythmés par le budget régional consacré à la formation des paramédicaux, et déconnectés des véritables besoins en IDE », déplore Jean-Loup Durousset, pour qui établissements et  professionnels devraient être intégrés à la réflexion sur l’évolution de ces quotas.


"Le métier infirmier ne justifie pas des années universitaires"...


Les raisons qui poussent les apprenties infirmières à abandonner leurs études avant la fin de leur cursus sont une autre question à prendre en compte, plaide-t-il. « Si ces raisons sont d’ordre financier, on devrait pouvoir les aider. Le contrat d’apprentissage alterne des périodes de cours et une activité rémunérée en établissement. Il est une bonne réponse à ce problème, même s’il ne suffit pas », estime-t-il. A côté de la problématique financière, Jean-Loup Durousset dénonce celle de la nature des études, qu’il juge trop sélectives. « Relever le niveau des infirmières par la poursuite d’années universitaires n’est pas nécessaire, car le métier ne le justifie pas. Ce qu’on veut, c’est des jeunes dont les qualifications correspondent à la fiche de poste. » Selon lui, la formation doit par ailleurs s’adapter à la variété de ses aboutissements (infirmière scolaire, infirmière de santé au travail etc.). Il prône donc une pluridisciplinarité des enseignements, faisant intervenir des professionnels divers, provenant notamment du médico-social et des écoles.


Pour une VAE infirmière


Pour augmenter le nombre d’infirmières sur le marché du travail, les propositions de Jean-Loup Durousset ne s’arrêtent pas là. Il préconise un renforcement de la reconnaissance des équivalences professionnelles. Selon lui, une aide-soignante pourrait très bien devenir infirmière par validation de ses acquis. « Du fait de son expérience, celle-ci serait par exemple dispensée de certains stages habituellement nécessaires pour accéder à la profession d’IDE », explique-t-il. Le système de validation des acquis d’expérience mis en place par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 avait volontairement exclu le métier d’infirmier, pour ne pas favoriser l’exercice illégal de la profession, rappelle-t-on.

Source: Espaceinfirmier.com

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 17:44

Au milieu du centre du Planning familial de Paris, le tableau blanc égrainant la liste des hôpitaux annonce la couleur. «Fermé en août.» «Service réduit.» «Tourne au ralenti.» En face du nom de chaque établissement, les indications révèlent les difficultés évidentes qu'ont connues les femmes voulant se faire avorter cet été. «Chaque année, c'est la même chose, soupire Caroline Rebhi, conseillère conjugale au Planning depuis deux ans et demi. Les médecins sont en congés, les hôpitaux tournent au ralenti. Mais les femmes, elles, continuent d'arriver chez nous.»

 

71 femmes envoyées aux Pays-Bas


La loi française permet de demander une IVG jusqu'à la douzième semaine de grossesse.  « Or bien souvent, l'été, les hôpitaux donnent des rendez-vous à la mi-septembre, poursuit Caroline Rebhi. C'est bien trop tard pour certaines femmes…» Considéré comme le «derniers recours», le Planning familial ouvre alors son carnet d'adresses et décroche son téléphone. «On fait le tour des médecins qu'on connaît, raconte une bénévole. On tente de trouver toujours une solution.»

Et quand plus rien n'est possible en France, la «solution» passe par l'étranger. Ainsi, en juillet et août, le Planning familial de Paris a envoyé 71 femmes se faire avorter aux Pays-Bas où la législation est plus souple. La pratique est tellement entrée dans les mœurs que ces femmes bénéficient aussi d'un remboursement de la part de la Sécurité sociale (80%). «Il suffit qu'elles rentrent avec la facture de l'hôpital», poursuit Caroline Rebhi, qui estime à une quinzaine le nombre d'appels téléphoniques par jour au Planning. «De nombreux établissements ont été restructurés depuis la loi Hôpital, patients, santé et territoire de 2009, conclut-elle. La situ­ation s'est clairement dégradée. Et rien n'indique qu'elle s'améliorera.»

Source : 20 Minutes

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 17:14

Le Premier ministre, François Fillon, a dévoilé son plan de « réduction des déficits publics ». Il l’a présenté comme un plan visant à l’équité… Alors qu’il s’agit seulement de rassurer les marchés financiers et de conforter la triple notation « AAA », notre « trésor national », comme dit Alain Minc, proche conseiller de Nicolas Sarkozy !
Or, l’accroissement de la dette publique est le produit des cadeaux fiscaux faits aux ménages les plus aisés et aux entreprises, en particulier les plus grandes, ainsi que le résultat des mesures prises pour juguler la crise financière et la récession qui s’en est suivie, crise dont la population n’est absolument pas responsable !
L’équité aurait conduit à changer d’orientation en matière de politique économique, à tourner le dos à une politique fiscale de plus en plus injuste, aux exonérations fiscales et sociales qui profitent à la minorité la plus favorisée de ce pays, les actionnaires, les rentiers, les patrons…
Il n’en est rien : ce plan de rigueur touchera essentiellement la majorité de la population tant par les mesures annoncées que par les réductions de dépenses publiques prévues !
Une taxe exceptionnelle est prévue pour les très hauts revenus : 200 millions d’euros de recettes. C’est à comparer au cadeau de 1,8 milliard d’euros lié à la réforme de l’impôt sur la fortune, et au taux d’imposition des sociétés du CAC 40 qui dans les faits n’est que de 8 % (voire beaucoup moins avec les différents mécanismes). Rappelons aussi que la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu est tombé de 65 % à 41 % en 20 ans…
Les niches fiscales seront rabotées très à la marge alors que ce sont 75 milliards d’euros qui sont perdus chaque année pour les recettes publiques sans que ces niches présentent, pour l’essentiel, une quelconque efficacité sociale… A cela s’ajoute une très légère augmentation des prélèvements sociaux sur les revenus du capital (12,3% à 13,5%), mais on reste loin d’une taxation identique aux revenus du travail…
Les heures supplémentaires sont désormais intégrées dans l’ensemble des allégements de cotisations sociales jusqu’à 1,6 fois le SMIC : pourtant cette exonération reste contre-productive pour l’emploi et profondément inégalitaire. Cette défiscalisation ne profite pas aux salariés non imposables…
La hausse des taxes sur les assurances complémentaires de santé sera répercutée sur les assurés sociaux.
L’augmentation du tabac, (6% en 2011 plus 6% en 2012), des alcools forts et des boissons sucrées pèsera directement sur le budget des ménages.
Ajoutons que le Premier Ministre a joué sur le registre de l’autosatisfaction, se félicitant des « réformes » menées sur les retraites, la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et la suppression des 130 000 emplois de fonctionnaires… toutes des mesures particulièrement injustes ! Pour lui, il faut poursuivre cette politique pour maintenir la bonne note de la France sur les marchés financiers !
Cette politique a des conséquences sociales néfastes pour la grande majorité des salarié-es, des chômeurs/chômeuses, des jeunes, des retraité-es, des précaires. Elle va encore aggraver la casse des services publics et accélérer la récession économique. Il est donc urgent de construire un rapport de forces pour imposer une nouvelle politique fiscale permettant de répondre aux besoins sociaux, notamment en matière d’emploi, de salaire, de protection sociale… et qui mette fin à la soumission aux marchés financiers !
C’est avec cet objectif que l’Union syndicale Solidaires a proposé que l’intersyndicale nationale décide rapidement d’une date de grève et de manifestation dès la rentrée, comme première étape d’une lutte prolongée stoppant la spirale infernale de l’austérité.

Source : Solidaires

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 10:06

Hausse des taxes sur les mutuelles santé : les assurés vont trinquer


Par Catherine Lemorton | Députée de la Haute-Garonne | 26/08/2011 

 

L'inventaire des mesures injustes et inefficaces annoncées par le gouvernement pour réduire une dette qu'il ne cesse de contribuer à accroître n'est plus à faire. Entre effets d'annonce et arbitrages contestables, ces décisions suscitent chez moi sentiment d'injustice et indignation.

Parmi les nouvelles économies que s'apprête à réaliser le gouvernement sur le dos des Français, le doublement de la taxe sur les contrats « solidaires et responsables » qui représentent 90% des assurances santé en France est à mon sens choquant et très dangereux.

Passant à 7%, alors qu'il avait déjà grimpé à 3,5% en 2011, le taux de la taxe sur les activités d'assurance pour ces contrats entraînera, dès cette année, un coût de 1,2 milliard d'euros et 2,2 milliards en 2012 pour les organismes d'assurance santé qui, pour y faire face, n'auront d'autre choix que de le répercuter.

 

Un système de santé de moins en moins accessible


Depuis trois ans, les tarifs des contrats des assurances complémentaires santé ne cessent d'augmenter. Et alors qu'ils pèsent de plus en plus lourdement sur le budget des ménages et en particulier sur celui des retraités, il est bon de rappeler que l'assurance complémentaire santé finance déjà, au nom de la solidarité nationale, le Fonds de la Couverture médicale universelle la CMU et de la CMU complémentaire.

Augmentation de la contribution CMU, franchises médicales, dépassements d'honoraires et déremboursements… Depuis qu'il est au pouvoir, la politique menée par Nicolas Sarkozy rend le système de santé français de moins en moins accessible aux plus modestes, mais en plus, on le voit bien, elle est inefficace en terme de réduction du déficit de la sécurité sociale.

Aujourd'hui encore, les mesures qui sont prises vont avoir un impact négatif sur le coût de la santé. Il y a même fort à penser que la hausse des tarifs qui se profile, ravivera la question de l'accès à la couverture complémentaire dont bénéficient aujourd'hui près de 95% des Français, voire conduira davantage de nos concitoyens à renoncer à s'assurer.

 

9 millions de français doivent renoncer à se soigner


9 millions de nos concitoyens doivent renoncer chaque année à se soigner pour des raisons financières, soit 20% de plus qu'il y a quatre ans. Le renoncement aux soins ou leur report n'est pas marginal ; il se traduit par l'aggravation de pathologies dont la prise en charge retardée coûte in fine plus cher à la collectivité. C'est en cela que cette taxation me parait très dangereuse.

Il me paraît indispensable que le gouvernement corrige sa copie car, si les industriels de l'agro-alimentaire, du tabac (pour qui la hausse des prix sera de 6% en 2011 et de 6% en 2012) et des parcs de loisirs en autre (qui seront désormais soumis à une TVA de 19,6%) sont aussi vent debout, une chose est sûre : ce ne sont ni les entreprises, ni les complémentaires qui règleront l'addition, mais bien les consommateurs et les assurés… enfin, tant qu'ils le peuvent !

 

Retrouvez cet article sur Rue 89

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives