Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 18:26

Aujourd’hui 20 juin, forte mobilisation des personnels du pôle santé mentale et addictologie. En effet, du chef de service à l’ASH, ce sont plus d’une cinquantaine de salarié(e)s qui sont venu(e)s exprimer leur inquiétude (sur leur temps personnel) lors d’une assemblée générale vis-à-vis de la politique irresponsable de l’administration qui consisterait à fermer pendant 6 semaines certains services du pôle santé mentale.

 

Lundi 20 juin 001

 

Lundi 20 juin 002

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Luttes au CHU de Caen
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 17:00

L'administration ayant décidé lors de la dernière réunion de la CME de fermer durant 6 semaines certains services du pôle santé mentale; à la demande des salariè(e)s, le syndicat SUD/ CHU avait déposé un préavis de grève pour le mardi 21 juin. Ce préavis a été jugé irrecevable par l'administration dans la mesure où le délai de 5 jours francs n'est pas respecté. Dès à présent un nouveau préavis de grève est déposé pour la semaine prochaine.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Luttes au CHU de Caen
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 19:22

Mardi 21 juin

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Luttes au CHU de Caen
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 18:57

 

 

 

 

 

 

 

748466340_small.jpgd'après chanu par SUD CHU

 

 

La BRED cesse de financer l'ONI par : RESILIENCE

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 18:43

Dans un communiqué publié ce jour, Resilience, le syndicat infirmier contre l'ordre, explique les recours qu'il entend mener avec le concours de son avocat Gilles Devers. Extraits choisis.

 « Aujourd'hui l'ordre infirmier est ruiné moralement, surendetté financièrement à hauteur de presque 11 millions (...), discrédité auprès des politiques, et ses principaux acteurs nationaux passent leur temps à se chamailler, triste spectacle d'une mort annoncée et douloureuse.Le dernier épisode de cette série de catégorie D est le maintien à son poste de la présidente Le Boeuf, pourtant décriée et critiquée (…) De surcroît, pour des raisons jamais avouées, l'ordre infirmier se retranche aujourd'hui derrière la décision du ministre de la Santé de ne pas avoir publié au Journal Officiel un décret dérogatoire, qui aurait permis d'organiser des élections devant procéder au renouvellement de la moitié des conseillers ordinaux élus le 24 avril 2008 – devenus eux aussi illégaux dans l'exercice de leur mandat - avant le 24 avril 2011.»

Resilience passe donc aujourd'hui à l'offensive. « En effet, pendant que le ministre tergiverse, pendant que la banque de l'ONI continue à l'appauvrir en lui renouvelant sa confiance régulièrement, pendant que l'ONI est dans une course effrénée contre la montre visant à annoncer le cap des 100 000 inscrits au fichier avant le 30 juin 2011 (chiffres jamais prouvés) – qui dit inscrit ne dit pas cotisant – les infirmières, notamment à exercice libéral, sont soumises au déconventionnement par les CPAM à la demande de l'ordre infirmier. Les jeunes diplômées sont, ni plus ni moins, contraintes avec des méthodes parfois douteuses, poursuivies jusque dans les Ifsi pour obtenir leurs diplômes en échange d'un chèque de cotisation à l'ONI. » (…)

Resilience, avec le concours de son avocat Gilles Devers, intente donc plusieurs actions : « il  intime à la BRED, banque de l'ONI, de cesser tout financement au seul motif qu'elle se prête, depuis le début, à des facilités (…) sans lesquelles l'ONI n'aurait jamais pu continuer à fonctionner (…) dépouillant ainsi les CDOI (conseils départementaux) de leurs prérogatives (...) ». Resilience réclame également à l'ONI « de lui verser la somme de 100 000 euros à titre de dommages et intérêts, au titre du préjudice subi par la profession infirmière et demande aux CDOI (…) d'assumer leurs missions pour lesquelles ils ont été mis en place le 24 avril 2008 », en versant chacune, « la somme de 50 000 euros au titre du préjudice subi par la profession infirmière ». Enfin, le syndicat « demande aux agences régionales de santé (ARS) de constater l'impossibilité dans laquelle se sont mis les CDOI de fonctionner normalement, ainsi que l'absence d'organisation des élections visant à renouveler les conseils par moitié ».(...) De fait, Resilience requiert des ARS « de mettre ces CDOI sous tutelle en attendant qu'une décision soit prise par les pouvoirs publics sur ce dossier ».

D'après le communiqué de presse du syndicat infirmier contre l'ordre Resilience du 14 juin 2011 - PDF

Source : Infirmiers.com

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 11:59

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 07:14

 


 
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 20:50

Après Raynald Ferrari, Directeur du Centre Hospitalier Pierre Bérégovoy de Nevers, interdit d'exercer par la justice après sa mise en cause et son placement sous contrôle judiciaire pour harcèlement moral envers un cadre de l'établissement, le 24 avril dernier, l'ancienne surveillante du bloc opératoire de l'hôpital de Nevers a été mise en examen, elle aussi, pour harcèlement moral et placée sous contrôle judiciaire.

Entre 2005 et 2007, cette femme de 64 ans a fait régner la terreur au sein du bloc. Elle a en particulier humilié et harcelé une aide-soignante, Marité,laquelle à bout de forces et de nerfs, laminée par le harcèlement qu'elle prétend subir de sa hiérarchie, avale un mélange de barbituriques et d'alcool dans sa maison de Garchizy. Elle s'allonge sur le canapé de sa salle à manger. Elle laisse près d'elle une lettre d'adieu rédigée à l'intention de ses proches. Sauvée par les sapeurs-pompiers de Nevers, elle décide de se relever, de se battre pour que soit reconnu ce qu'elle estime être un comportement abusif de la part de la surveillante.

 Marité a essayé en vain de prévenir la direction de l'hôpital qui a toujours pris la défense de la surveillante, justifiant sa sévérité par la rigueur nécessaire dans le fonctionnement d'un bloc opératoire.D'autres employés du bloc se sont plaints des méthodes dictatoriales de la surveillante mais seule Marité a osé porter l'affaire en justice. Après un an d'enquête et des dizaines d'auditions, la surveillante vient d'être mise en examen. Un soulagement pour Marité qui avait reçu un blâme pour un comportement jugé "négatif". Elle est aujourd'hui toujours en congé de l'hôpital où elle n'ose pas retourner.

Sources : Maville.com -RTL.fr



Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 12:11

Le gouvernement continue sa politique de casse de la Fonction Publique utilisant à plein régime la Révision Générale des Politiques Publiques, détruisant massivement des emplois (non renouvellement d’un poste de titulaires sur deux (voire deux sur trois) dans la Fonction Publique d’Etat), diminuant les ressources financières des collectivités territoriales et cassant le service public hospitalier.

C’est dans ce contexte que, le Conseil Supérieur de la Fonction Publique d’Etat examinera, le 14 juin prochain, le « projet de loi relatif à l’accès à l’emploi titulaire et à l’amélioration des conditions d’emploi des agents contractuels dans la fonction publique ».

Ce projet de loi est l’aboutissement du protocole d’accord signé par le gouvernement et 6 organisations syndicales. Solidaires, non-signataire de ce protocole, avait souligné avec force les mensonges du gouvernement. En effet, loin des promesses de titularisation du Président de la République, les premiers chiffrages des titularisations prévues confirment les dires de Solidaires : les administrations, établissements publics et employeurs publics ne sont nullement contraints par cette loi et la titularisation des contractuels se réduira à une peau de chagrin !

Les déclarations de certains députés UMP préconisant respectivement « la fin de l’embauche à vie des fonctionnaires » et « la réduction de la fonction publique aux seules missions régaliennes » ou, encore tout récemment, l’embauche des professeurs remplaçants de l’académie de Paris confiée à Pôle Emploi donnent le ton de ce que le gouvernement entend faire de la Fonction Publique !

Pour ce gouvernement, l’avenir de la Fonction publique se fera autour d’un petit noyau de fonctionnaires entourés de personnels en CDI mais avec un statut encore plus précaire que ceux établis dans le privé.

Avec ce projet de loi, c’est le statut de titulaire qui, petit à petit, deviendra l’exception, et le statut de précaire qui deviendra la règle !

Contre ce projet de loi, trente quatre amendements ont été déposés par Solidaires, dont un amendement général demandant le retrait de ce projet et l’élaboration d’un nouveau projet qui réponde réellement aux objectifs affichés et aux attentes des agents non titulaires :

- « lutter contre la précarité dans la fonction publique » en organisant un véritable plan de titularisation avec la création des emplois et des corps nécessaires ;

- « encadrer les cas de recours aux agents contractuels dans la fonction publique » pour empêcher la reconstitution de l’emploi précaire par la consolidation et l’amélioration du statut de la Fonction Publique.


Et même si cet amendement global est rejeté, Solidaires ne s’en tiendra pas là, puisque les trente trois autres amendements présentent ce que pourrait être le contenu de cet autre projet de loi que Solidaires réclame.

Solidaires, non-signataire du protocole d’accord, continue le combat au côté des personnels pour réellement éradiquer la précarité dans la Fonction Publique !!!

Tous ensemble, titulaires et non titulaires
Mobilisons nous le 14 juin
Pour dire au gouvernement et à nos ministres
LA PRECARITE DANS LA FONCTION PUBLIQUE, C’EST FINI
C’EST LA TITULARISATION QUE NOUS EXIGEONS !

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 07:22

Les reclassements infirmiers (en catégorie A mais aussi en catégorie B) sont maintenant finis (la période de choix s’est terminée au 31 mars).

Dans notre établissement, 772 infirmier(e)s ont choisi d’intégrer la catégorie A (soit 64,23% des 1202 concerné(e)s).

Ce pourcentage est important au regard des résultats au niveau national.

 

DECEPTION MINISTERIELLE ?

 

Sur l’ensemble de la Fonction Publique Hospitalière, 199564 agents (selon le Ministère) étaient concernés par ces reclassements.

Sur cet effectif, seulement 45% (selon la Fédération Hospitalière de France, le Ministère n’ayant toujours pas publié les chiffres officiels, 7 semaines après la clôture de la période de choix) ont opté pour leur reclassement en catégorie A.

La majorité du personnel infirmier a donc préféré renoncer à un déroulement de carrière financièrement plus intéressant qu’en catégorie B.

La majorité du personnel infirmier a donc préféré conserver la possibilité de partir en retraite plus tôt, sa profession étant de plus en plus pénible.

Le Ministère, très loin des conséquences de sa politique dans les établissements, espérait que les perspectives financières liées au reclassement en catégorie A aient plus de valeur que la reconnaissance de la pénibilité de la profession infirmière.

Le Ministère doit être très déçu car le pourcentage d’infirmier(e)s reclassé(e)s en catégorie A est très inférieur à ses prévisions (66%)

 

EN CONCLUSION

 

Une véritable prise en compte (sans contrepartie) de la valeur de la formation et des contraintes de l’exercice de la profession reste d’actualité.

Toutefois, face à l’intransigeance gouvernementale, le personnel infirmier n’obtiendra de véritable reconnaissance au niveau salarial et de nouvelle reconnaissance de la pénibilité de sa profession que s’il se mobilise en masse.


    Caen, le 20/05/2011

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives