Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 18:22
Bonjour à toutes et à tous, 
2 amis Soudanais sont actuellement en rétention à la maison d'arrêt de Rouen et risquent d'être expulsés dés la fin de leur détention (29/07 et 2/08).
Ci joint le communiqué qui en dis plus sur leur situation.
C'est le moment de faire pression sur la préfecture du Calvados, de se mobiliser, de parler haut pour faire entendre notre opposition. Leur vie en vaut la peine ! 

Alerte expulsion vers le Soudan 

 

L'expulsion, c'est ce qui menace de façons imminente deux hommes, Omar et Hafez qui habitaient depuis plusieurs moi à Caen quand ils ont été interpellé (l'un d'eux alors qu'il accompagnait simplement un ami à la gare).

Cela fait maintenant plus de trois mois qu'ils sont retenus. D'abord au Centre de Rétention Administrative de Rouen (où ils on été placés à la demande de la préfecture du Calvados) puis à la maison d'arrêt de Rouen. Tous les deux sont actuellement en prison parce qu'ils ont refusé de s'exprimer, autrement dit parce qu'ils ont refuser de coopérer avec l’administration qui organise leur renvoi vers l'enfer qu'ils ont fuis (Art L 624-1-1).

La sortie de prison est prévue le 29 juillet pour Hafez, le 3 août pour Omar. Ils seront alors à nouveau transférés au CRA de Rouen et pour la suite nous craignions le pire.

Les expulsions vers le Soudan se sont en effet multipliées depuis le début de cette année. Et cette période de détention aura laissé tout le loisir à la préfecture de Calvados d'organiser leur renvoi.

 

Petit rappel si nécessaire sur la situation actuelle au Soudan (se réferrer aux sources+++): le général Omar El Bechir, est le seul chef d’Etat en exercice qui  soit  poursuivi  par  le  Tribunal  Pénal  International  (TPI)  pour  des  accusations  de  génocide,  de  crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Un grand nombre de crimes au regard du droit international et de violations des droits humains imputables aux forces gouvernementales soudanaises ont été recensés. Les forces gouvernementales Soudanaises continuent d'attaquer des villages et de bombarder des zones civiles sans distinction, ainsi que d'empêcher les groupes d'aide humanitaire d'accéder aux zones touchées. Les forces gouvernementales et les milices alliées ont aussi été impliquées dans un nombre alarmant d'actes de violences sexuelles. 

La guerre sévit dans plusieurs régions de ce pays  et notamment au Darfour, dans les Monts Nouba, dans le Nil Bleu et les atteintes graves contre les droits de l’Homme sont la règle dans  l’ensemble du pays .

Menace supplémentaire pour nos 2 amis : les personnes renvoyées au Soudan sont systématiquement victimes dès leur retour de pressions, menaces,  d’interrogatoires  « prolongés » par les agents de sécurité. Les  organisations  humanitaires  et  de  défense des Droits de l’homme avaient signalé dans le passé des cas de disparition parmi les expulsés vers le  Soudan, mais aussi des meurtres, comme celui de Mohamed Ahmed Mahmoud le 21 novembre 2016.

 

La France ignore donc délibérément les dispositions des  conventions internationales qui interdisent le renvoi d’un demandeur d’asile dans  son pays  d’origine,  si cela doit  mettre sa vie en danger.

 

Ces hommes ont risqués leur vie pour rejoindre l' Europe, la paix et la liberté, ils ont trouvé la répression, la prison, et le pire est peut être à venir.

 

La situation est urgente, une expulsion est possible dés leur sortie de prison et notre mobilisation peut être déterminante !

 

Ce que vous pouvez faire :

- Interpeller le ministre de l’intérieur pour demander de stopper l’expulsion :

sec.immigration@interieur.gouv.fr

- Écrire un message ou téléphoner au préfet du Calvados, Laurent Fiscus, auteur de la décision d’expulsion, pour lui demander de l’annuler :

formulaire de contact : http://www.calvados.gouv.fr/par-service-r1220.html

- Téléphone : 02 31 30 64 00

- E-mail : laurent.fiscus@calvados.pref.gouv.fr

 

Parce tout homme mérite de vivre libre MERCI !

 

 

Pour sources, et informations plus précises :

Blog Passeur d'hospitalité :

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2017/04/07/risque-dexpulsion-vers-le-soudan-prefecture-du-calvados-cra-de-rennes/

Pour comprendre pourquoi ces hommes refusent d'être expulsés aux Soudan :

les textes d’Amnesty International : https://www.amnesty.org/fr/countries/africa/sudan/report-sudan/

ou de Human Rights Watch : https://www.hrw.org/fr/news/2016/09/08/lettre-concernant-la-situation-des-droits-de-lhomme-au-soudan

 

Conseils aux voyageurs : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/soudan/

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 08:11

 La députée Caroline Fiat (France Insoumise) alerte sur les conditions de travail dégradées des personnels de santé, et interpelle la ministre de la santé. Le 19/07/2017, Assemblée nationale. 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 08:01
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:40

 

Les fonctionnaires devront (une nouvelle fois) se serrer la ceinture !
Les fonctionnaires devront (une nouvelle fois) se serrer la ceinture !
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:24

 

Contre le grand capital, dressons nos barricades !
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:21
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:19

Communiqué de Solidaires fonction publique et SUD Collectivités territoriales

 

En guise de « politique autrement », Macron restera probablement dans les annales présidentielles comme celui qui aura le plus utilisé cette vieille tactique gouvernementale : l’été est le moment où faire passer les pires mesures de régression sociale. Au passage Solidaires constate que toutes les organisations syndicales n’avaient pas été invitées à cette conférence nationale des territoires !
De 10 milliards de baisse des budgets annoncés pour les collectivités territoriales, Macron et Darmanin passent en un tour de parole à 13 milliards !
Une telle saignée, aggravée par la perspective de la fin de la taxe d’habitation, aura des conséquences multiples, toutes au détriment des usagers des services publics locaux et des agents publics.
Nous pouvons d’ores et déjà facilement imaginer que les élu-es locaux, soumis-es à ces décisions, envisageront soit la baisse des effectifs de la fonction publique territoriale (objectif -70000 emplois), soit la hausse des tarifs (cantines scolaires, crèches, équipements sportifs ...) et la poursuite de la disparition des services publics en zone rurale.
En dénonçant la taxe d’habitation comme un impôt injuste (ce qui est vrai), le Président met en place un rideau de fumée .
La compensation de sa suppression programmée, prévue par l’état, cache en réalité en tour de passe-passe habile : ce sont les mêmes contribuables qui paieront cette compensation au travers des impôts d’état.
Cette réforme présentée comme donnant davantage de libertés aux collectivités locales, en réalité les étrangle financièrement.
Au détour d’une phrase, le président annonce le démantèlement du statut de la fonction publique en voulant différencier les hausses de la valeur du point d’indice par versant !
Celles et ceux qui n’avaient pas compris que la casse du code du travail était les prémices de la casse du statut de la fonction publique sont désormais éclairé-es.
Ces annonces nous confortent dans notre volonté de participer à un vaste mouvement social, du privé comme du public, pour la défense des droits des travailleuses et des travailleurs, pour le code du travail et le statut des fonctionnaires, pour l’extension des services publics.
Le coup d’envoi sera donné le 30 août devant l’université du MEDEF à Jouy en Josas et, dans l’unité la plus large, le 12 septembre, partout en France.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:10

 

Le n°18 du bulletin la commission femmes avec : une rentrée féministe - droit à l’avortement - femmes zapatistes - Hubertine Auclert - Intersyndicales - dictionnaire.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:07

Le 29 juin 2017, les professionnels inscrits à l’Ordre National des Infirmiers (ONI) étaient appelés à renouveler la moitié de leurs représentant-es départementaux.

Sur environ 640 000 infirmier-ères exerçant en France (environ 110 000 en exercice libéral et 530 000 en exercice salarié), seul-es 225 000 étaient consulté-es, les autres résistant à l’obligation d’inscription, n’étant pas sollicité-es.

Si l’on enlève les 100 000 infirmier-ères libéraux-ales et les infirmier-ères salarié-es contraint-es à s’inscrire (pompiers, obligation employeur ...), il reste très peu d’inscrit-es volontaires d’autant que sur les 225 000 inscrit-es, seul-es 22 400 ont participé au vote soit 10.4% de participation parmi les inscrit-es ou 3.5% des infirmier-ères !

Cet état de fait souligne une fois de plus l’illégitimité de l’Ordre National des Infirmiers, qui pourtant et suivant l’air du temps, continue à prétendre agir au nom de tous sans aucune base électorale concrète.

La Fédération SUD Santé Sociaux invite l’ensemble des législateurs-trices et élu-es concer-né-es à se pencher sur les résultats du scrutin de juin pour en tirer les conséquences au décours de prochaines discussions. Pour nous, l’unique perspective est l’abrogation de l’Ordre National des Infirmiers, rejeté par une écrasante majorité de personnels pourtant aujourd’hui obligé-es de s’y affilier.

La Fédération SUD Santé Sociaux appelle plus largement toutes celles et ceux qui souhaitent, comme elle, combattre ce lobby, à rentrer en résistance partout en France. En commençant par exemple, par le refus de céder à l’intimidation par téléphone, courriel ou courrier. Toute sollicitation de ce type par mise en demeure pour cotisation impayée n’étant pas contraignante.

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 09:04

Suite à la publication du rapport de la Cour des Comptes « Situation et perspectives des Finances Publiques », le gouvernement, par la voix du Ministre de l’Action et des Comptes Publics Gérald Darmanin, a officiellement annoncé dans les médias, le 29 juin, le gel du point d’indice des fonctionnaires pour 2018.

Ce sujet avait déjà été abordé par le Ministre lors des audiences bilatérales avec les organisations syndicales fin mai, et il avait alors indiqué que le rendez-vous salarial 2017 ne comporterait pas de mesure de cet ordre.

Cette annonce maintenant officielle, faite sans attendre le Conseil Commun de la Fonction Publique qui aura lieu le 10 juillet prochain, montre bien à quel point la fonction publique est pour ce gouvernement une des principales variables d’ajustement budgétaire.

Rappelons que les fonctionnaires ont subi d’importantes pertes de pouvoir d’achat cumulées : 18,48 % depuis 2000, 21,5% depuis 1995.

Elle confirme les craintes que Solidaires avait exprimées notamment par rapport à l’absence de Ministère de la Fonction Publique de plein exercice. A l’évidence lorsque le Ministre de l’Action et des Comptes Publics a besoin de faire des coupes budgétaires, nul besoin de discussion. Il suffit qu’il s’adresse à lui-même puisqu’il est également en charge de la Fonction Publique.

Solidaires Fonction Publiques est excédée de constater que les gouvernements, quels qu’ils soient, nous ressortent les mêmes vieilles recettes éculées. La fonction publique a bon dos !

Le rapport de la Cour des Comptes pointe une pseudo-nécessité d’économies. A aucun moment, en réponse, le gouvernement n’évoque la lutte contre la fraude fiscale, pourtant source d’importantes recettes.

Solidaires rappelle que, chaque année, l’Etat se prive volontairement des quelques 60 à 80 milliards d’euros de recettes qui s’échappent en raison de la fraude fiscale générée essentiellement par le monde de la finance et des entreprises.

Si l’on rajoute le projet des 120 000 suppressions d’emplois prévues dans le programme électoral du Président Macron, on aura compris que ce gouvernement a pour objectif d’attaquer la fonction publique, les services publics et la cohésion sociale.

Au vu de ce contexte, Solidaires juge indispensable la mobilisation contre ces projets destructeurs de cohésion sociale qui servent de terreau à l’extrême droite.

Solidaires Fonction Publique a proposé à l’ensemble des organisations de la fonction publique de se rencontrer pour évoquer l’ensemble de ces questions.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives