Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 17:54

Semaine d’action contre les violences faites aux femmes:

   
 
 

vous invite le jeudi 24 novembre ,

à 20 h, au Sillon, (MJC du Chemin vert) à Caen

pour découvrir une pièce présentée par Atout Théâtre :

 

"L’échappée belle"

 

Ce n’est pas une pièce drôle mais on y rit

Ce n’est pas une pièce intellectuelle mais on y réfléchit pendant et après.

C’est une pièce jouée sans prétention mais avec intention

Bref c’est une pièce humaine ! Quoique ? Pas sûr, pas entièrement…

C’est une pièce avec trois personnages qui vont vous emmener dans une histoire qui parle de violences mais pas que…qui parle d’amour mais pas que…qui parle aussi et surtout de la vie, de vous, de nous !

C’est une chronique sous forme de feuilleton avec des péripéties, des mésaventures, du remue-ménage assaisonnés de rebondissements, de ronronnements, de caresses, de  chansons.

Réservation au 02.31.82.20.50—mfpf14@gmail.com

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 09:06

À l'appel des trois fédérations syndicales de la santé FO, CGT et Sud, 500 personnes environ ont manifesté, mardi après-midi, à Caen. Cette mobilisation, lancée au niveau national, visait la loi santé et la création de "groupements hospitaliers de territoire".

Mardi après-midi, 500 personnes environ, venues de tout le Calvados, ont répondu à l'appel des syndicats de santé FO, CGT et Sud, et se sont rassemblées sur le parvis du théâtre. Dans le viseur : la réorganisation du système hospitalier et la création de "groupements hospitaliers de territoire". Le GHT du bassin de vie caennais est composé des hôpitaux d'Aunay-sur-Odon, Bayeux, Côte fleurie, Lisieux, Pont-L'Évêque, Vimoutiers, Falaise, Argentan, l'établissement public de santé mental de Caen et le CHU.

"Une perte de 420 lits"

"Pour notre région, cette mise en place se traduit par une perte de 420 lits, s'accompagnant bien évidemment d'une perte de personnel", déplore Claire Gabois, secrétaire départementale des personnels des services de santé.

Source: ouest-france.fr

Caen: 500 personnes manifestent contre la loi santé
Caen: 500 personnes manifestent contre la loi santé
Caen: 500 personnes manifestent contre la loi santé
Caen: 500 personnes manifestent contre la loi santé
Caen: 500 personnes manifestent contre la loi santé
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 17:40

Les travailleurs sociaux de la maraude du Trait d'union de l'Association calvadosienne pour la sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (Acsea) de Caen ont décidé de faire grève ce jeudi soir 3 novembre 2016 et de ne pas assurer la maraude. Soutenus par le 115, la CGT, Sud santé, FO et CFDT santé sociaux, ils ont manifesté à Hérouville-Saint-Clair pour que les mineurs et majeurs étrangers isolés soient tous, et sans condition, hébergés de manière décente. Mais aussi suivis au plan sanitaire.

17 h, jeudi 3 novembre, devant le comité central d'entreprise de l'Acsea, boulevard du Bois, à Hérouville-Saint-Clair. Les travailleurs sociaux de la maraude du Trait d'union de l'Association calvadosienne pour la sauvegarde de l'enfance et de l’adolescence (Acsea) de Caen manifestent.

Ils expriment ainsi leur désarroi face à ce qu'ils rencontrent tous les soirs lorsqu’ils font la maraude auprès des plus démunis : "Nous voyons de plus en plus de jeunes étrangers isolés à la rue. Certains ne sont pas reconnus comme mineurs par le conseil départemental. Mais pas non plus comme majeurs par l'État via la Direction départementale de la cohésion sociale. Les deux se renvoient la balle". 

Et l'Acsea, n'ayant pas l'attestation du conseil départemental comme quoi ils sont majeurs, ne peut pas les prendre en charge. À cet argument "juridique", les travailleurs de la maraude du Trait d'union opposent l'obligation morale d'aider les plus démunis. 

 

L'intersyndicale de l'Acsea FO, CGT, CFDT et Sud demande que le conseil départemental « assume ses responsabilités envers les mineurs isolés à la rue", que la Direction de la cohésion sociale "trouve des solutions d’hébergement décent et en nombre suffisant, à l’approche de l’hiver, pour toute personne à la rue, quel que soit son âge, sa nationalité, son statut" et que l’Acsea soutienne les travailleurs sociaux "en leur attribuant les moyens humains et matériels nécessaires à l’exercice de leur mission. »

Source: ouest-france.fr & sud chu caen

Trait d'union en grève : ils veulent un toit pour les jeunes étrangers
Trait d'union en grève : ils veulent un toit pour les jeunes étrangers
Trait d'union en grève : ils veulent un toit pour les jeunes étrangers
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 11:24

La discussion autour de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2017 commence. Ce sont près de 4 milliards d’euros qui vont être à nouveau économisés au détriment du dispositif de soins public et des salariè-es qui y travaillent.
D’ores et déjà les fédérations CGT Santé et Social, FO Santé Publique et SUD Santé Sociaux appellent à la mobilisation et annoncent un jour de grève nationale le 8 novembre. Dans l’attente d’un appel commun sur le secteur privé des collectifs de défense du Service Public et des associations d’usagers en voici l’appel initial.

 

TOUS ET TOUTES EN GREVE
LE 8 NOVEMBRE 2016

Que constatons-nous en ce mois de septembre 2016 ?

Les deux lois hospitalières promulguées depuis 6 ans, que ce soit la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoire), la loi Santé (dite de modernisation du système de Santé !!), ne sont que le côté pile et le côté face d’un seul objectif : la déstructuration du système hospitalier public et privé non lucratif français. En seulement 6 ans ces deux lois complémentaires ont atteint leur objectif et eu les conséquences néfastes suivantes :

  • 135 Groupements Hospitaliers de Territoire qui se substituent aux 850 Etablissements Publics de Santé.
  • Des conditions de travail qui se dégradent avec, pour conséquence, une pénibilité accrue, des burn-out en série, des suicides de professionnel-les qui se multiplient (ceux que l’on connaît et ceux qui restent sous silence).
  • La mise en place à pas feutrés d’un second statut : plus de 20 % de nos collègues (200 000) sont contractuel-les, avec pour seule perspective la précarité !
  • Des budgets imposant des restructurations drastiques, en application du pacte de responsabilité infligeant 3,5 (vrais) milliards d’euros d’économies aux Etablissements Publics de Santé.
  • Des services entiers fermés, des lits supprimés partout, avec une accélération de ces mesures pendant l’été 2016. Raison première invoquée « il manque des postes de médecins et de personnels non médicaux ». Si elle est en partie vraie, elle n’en reste pas moins l’alibi programmé d’une politique réfléchie et structurée de réduction de l’offre de soins, créant des déserts médicaux.
  • Des ordres professionnels (Masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue et Infirmier) qui deviennent de véritables « polices politiques », traquant les collègues tout au long de leur vie professionnelle et au-delà.
    Ex. : l’Ordre Infirmier, conforté par les articles 64 et 107 de la loi Santé, gère aujourd’hui le fichier Adeli, le développement professionnel continu, les demandes de formation. L’Ordre qui continue d’exiger l’interdiction d’exercer pour les professionnel-les non adhérentes.
  • Le Parcours Professionnel Carrière et Rémunérations : dispositif imposé et autofinancé par les hospitalier-es, ralentit et allonge les déroulements de carrière. En ce qui concerne les salaires, il amplifie les écarts entre les catégories au détriment des plus bas salaires et le transfert prime/point est une opération blanche. Autrement dit ce simulacre de « protocole » n’est que poudre aux yeux pour les hospitalier-ères.
  • Hold-up sur les fonds de formation professionnelle : financés par le salaire différé, les fonds de réserve de l’Association Nationale de la Formation permanente des agents Hospitaliers seront ponctionnés de 150 millions en 2016 et 150 millions en 2017. Nous demandons le retrait immédiat des articles 3 et 53 du projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2017.

C’est ainsi que pour cette rentrée sociale 2016, pour la Fonction Publique Hospitalière, les revendications des organisations syndicales FO – CGT – SUD restent identiques :

  • Abrogation de la Loi HPST
  • Abrogation de la Loi Santé
  • Abandon de la «  territorialisation  » de l’offre de soins, des GHT et des restructurations
  • Arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes
  • Fin des enveloppes limitatives et abandon du plan ONDAM triennal de 3,5 milliards d’économies sur les hôpitaux
  • Octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sanitaires et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public, d’investir, d’embaucher et de titulariser nos collègues contractuel-les
  • Abrogation des ordres professionnels
  • Ouverture de vraies négociations sur les carrières et les grilles indiciaires garantissant l’égalité salariale entre les hommes et les femmes (déroulement de carrière et reconnaissance à égalité des qualifications)
  • Un plan d’urgence de formation initiale et continue pour palier au déficit démographique actuel et garantir à l’avenir des effectifs permettant un retour à la qualité, la sécurité et au confort du soin
  • La préservation et le développement d’un service public républicain de santé, de proximité sur l’ensemble du territoire, garant d’une réelle égalité dans l’accès aux soins.

Face à ces revendications, le Gouvernement nous répond, soyez patients « TOUT VA MIEUX » !!!

Devant un tel mépris, une seule réponse : la mobilisation et le rapport de force.

La défense de l’Hôpital Public et des missions de Service Public
nous imposent la GREVE.

S’appuyant sur le combat mené depuis le mois de mars pour le retrait puis l’abrogation de la loi Travail, les Fédérations FO – CGT – SUD ont décidé d’appeler à la
GRÉVE et à la MOBILISATION
l’ensemble des personnels de la Fonction Publique Hospitalière
(du secteur sanitaire, social et médico-social).
LE MARDI 8 NOVEMBRE 2016

Pour construire et assurer le succès de cette journée de grève nationale et de manifestations (avec un rassemblement parisien devant le Ministère de la santé), nous appelons nos syndicats à organiser, ensemble, des Assemblées Générales des personnels pour :

  • Arrêter les revendications précises en matière de conditions de travail, d’effectifs, d’emplois, de maintien de services, …
  • Organiser le blocage des GHT.
  • Poursuivre et amplifier les luttes locales quand elles existent et préparer la journée du 8 novembre.

Les Fédérations se rencontreront à nouveau le 10 octobre afin d’arrêter les mesures d’organisation au plan national de cette journée de grève.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 11:08
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 10:11
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 10:03
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 09:38

 

Les équipes du Smur (Service mobile d’urgence et de réanimation – 15 personnes) entament leur septième semaine de grève, à l’hôpital d’Alençon. Rejoint par les assistants de régulation médicale du Samu 61 (Service d’aide médicale urgente – 14 personnes), le personnel du Smur refuse la réorganisation de son service telle que voulue par la direction du CHIC (Centre hospitalier intercommunal) Alençon-Mamers (et faisant suite aux préconisations de l’Anap – Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé).

Depuis les annonces faites par le directoire, le 6 octobre (Orne Hebdo du 11 octobre), rien ne bouge. « Nous avions demandé un calendrier précis, des propositions concrètes, chiffrées, mais n’avons obtenu qu’une feuille de route reprenant les éléments du conflit », estimait Jean-Marc Chompton, cadre technique chargé de la gestion des ambulances du Smur. Aujourd’hui, il n’y a « toujours pas d’avancées concrètes », signale-t-il. Mais des « rendez-vous sont prévus début novembre avec la direction, et tout le personnel du Samu-Smur va être audité : une initiative du président du conseil de surveillance », annonce Jean-Marc Chompton. Un audit qui servira de matière à la création d’une commission pluridisciplinaire.

Si le personnel attend toujours des « réponses claires et chiffrées », il a « déjà gagné » sur un point :

« La nouvelle organisation ne sera a priori pas mise en place avant fin 2017, la direction n’est pas parvenue à nous imposer ses choix arbitraires », livre le cadre technique.

La suite ?

« Nous voulons que le report de la mise en œuvre de la réorganisation soit inscrit noir sur blanc. Notre mobilisation n’a pas été vaine : elle va nous permettre de gagner du temps pour monter un projet cohérent, réfléchi et construit collectivement. Un projet qui prend en compte le maillage particulier de notre territoire ».
 
 

Source: orne-hebdo.fr

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 14:48

En soutien aux collègues de La Maraude de Trait d'Union qui ont le courage de dénoncer la politique éhontée du Conseil Départemental concernant les mineurs isolés à la rue, nous appelons à un rassemblement à partir de 17h devant la DG de l'ACSEA (impasse des Ormes à Hérouville St Clair).

La conférence de presse se tiendra comme prévue dans les locaux du CCE situés juste à côté.

Soutien aux collègues de La Maraude de Trait d'Union
Soutien aux collègues de La Maraude de Trait d'Union
Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 15:20
Le 8 novembre on sort les crocs

La Sécu… C’est l’affaire de toutes et tous.
Le 8 novembre 2016, La Fédération SUD Santé Sociaux appelle à la grève et à une mobilisation d’ampleur pour en finir avec les politiques d’austérité.

La Sécurité Sociale contribue au financement de nos établissements. Son budget, fixé par le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), détermine les conditions de prises en charge des usagers et les conditions de travail des salarié-es et leurs salaires.
Lors de sa présentation, Mme Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, en a profité pour annoncer un retour à l’équilibre des comptes, sur le dos des salarié-es et des prestations pour les citoyen-nes.
Au moment où le gouvernement présente au parlement ce Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale qui renforcera l’Hôstérité pour 2017, il faut sortir les crocs.

mardi 8 novembre 2016, ce sont tous les salariés des établissements du public, du social et médico-social, du sanitaires privés, du lucratifs qui doivent se retrouver ensemble dans la rue et dans l’action partout en France, pour nos salaires, nos Conventions Collectives, nos statuts, nos conditions de travail...

Le 8 novembre 2016, La Fédération SUD Santé Sociaux appelle à la grève et à une mobilisation d’ampleur pour en finir avec les politiques d’austérité

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives