Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 08:23

 

 

nouvelle-mobilisation-du-personnel

 

Une trentaine de personnels hospitaliers a manifesté ce matin dans le centre ville d'Alençon. Pour mobiliser encore un peu plus la population.

 

Sur le parvis de la basilique Notre-Dame, les soignants et personnels techniques ont joué une saynète décrivant le climat dans lequel ils travaillent. Ils ont aussi continué à faire signer leur pétition aux passants. Le mouvement, lancé par l'intersyndicale FO, Unsa et CGT, est né après l'annonce de la suppression de 35 postes pour ramener le déficit de l'hôpital (5 millions d'euros pour 2014) à 3 % des recettes. "L'hôpital va-t-il devoir faire la manche pour soigner les patients ?", demandaient les grévistes.

Source: Ouest france

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 19:24

 

L'intersyndicale du centre hospitalier Alençon-Mamers vient de déposer un nouveau préavis de grève pour le 17 juillet prochain.

 

Les syndicats CGT-FO-Unsa s'opposent au plan de réduction des déficits qui passe, entre autres, par une baisse de personnel. L'agence régionale de santé, qui a répondu le 1er juillet au Chic, approuve ce plan de retour à l'équilibre avec « de très fortes réserves », mais rejette le plan global de financement pluriannuel de l'hôpital.

 

La direction a 30 jours pour présenter un nouveau PGFP. L'ARS demandant « d'identifier des mesures d'économies supplémentaires permettant un retour à l'équilibre avant 2018 ».Les salariés de l'hôpital manifesteront le jeudi 17 juillet de 10 h 30 à 12 heures place de la Magdeleine.

 

Source: Ouest-France

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 14:40

 

 

 

 

201407082302-full.jpg

 

Le personnel des urgences est en grève illimité depuis hier. Depuis l'ouverture du nouvel hôpital, le service explose et hier matin, la tension est aussi montée entre grévistes et direction.

 

Premier jour de grève illimitée aux urgences du centre hospitalier, hier, et premières vives tensions entre grévistes et direction. Sans conséquences pour les patients puisque le personnel est assigné et qu'il juge «impensable de leur faire porter le chapeau du manque de moyens quotidiens», selon les termes de Gilles Gadier, le délégué FO, le mouvement témoigne pour autant d'un ras-le-bol manifeste. Hier matin, 80 personnes du service des urgences ont pris part à l'assemblée générale. «C'est une très, très forte mobilisation qui en dit long sur l'exaspération du personnel, observe Gilles Gadier. Il y a beaucoup plus d'activité, donc on fait rentrer beaucoup plus d'argent. Or, nous n'avons pas les moyens pour fonctionner».

 

En dépit du plan d'urgence présenté par la direction, tenant compte de la surcharge de travail depuis l'ouverture (lire notre édition d'hier), pour les grévistes on est loin du compte. Ils demandent entre autres la présence d'une infirmière et d'un aide-soignant 24 heures sur 24, un agent de sécurité, le renfort du personnel administratif, un brancardier le week-end.

 

«un acte de violence»

 

À l'issue de leur assemblée générale, les personnels ont souhaité rencontrer le directeur, Bernard Nuytten… qui s'est éclipsé à leur arrivée. Drôle de manière de maintenir le dialogue social ? Pas du tout, répond Nuytten qui argue d'une réunion à l'extérieur prévue de longue date mais surtout condamne la méthode : «Une cinquantaine de personnes sont venues envahir mon bureau, c'est un acte de violence inacceptable !»

 

Sur le fond, le directeur souhaite «régler les choses et trouver des solutions». Il rappelle que le renfort d'un brancardier et d'un agent de sécurité 24 heures sur 24 est acté, que les travaux du bureau d'accueil infirmier commencent cette semaine, et qu'un infirmier intérimaire a travaillé le week-end dernier. «Pour les postes pérennisables, comme celui d'infirmière, une évaluation sera faite en septembre». Dans l'immédiat, un comité d'accompagnement au changement a lieu ce matin, suivi d'une entrevue entre syndicats et direction l'après-midi. Les syndicats, eux, rencontreront la direction de l'Agence régionale de santé demain à 9 h 30.

 

Vers une grève de tout l'hôpital ?

 

«392 000 € de loyer pour le pôle logistique ; 1 M€ de robots pharmaceutiques ; plus d'1 M€ de tortues (des robots informatisés pour transporter le linge, par exemple) ; 14 000 € de chariots pour les tortues… Pour ça, il y a de l'argent ! Mais pas pour les moyens humains», dénonce Gilles Gadier. «Les personnels sont très remontés. On appelle l'ensemble des personnels de l'hôpital à se mobiliser», lance-t-il.

 

Source: LADEPECHE.fr

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 14:30

Toilettes bâclées, repas expédiés : la journée de grève des personnels des maisons de retraite du CCAS de Toulouse a mis en avant les mauvaises conditions de travail et d'hébergement dans ces établissements.

 

Ça ne s'était pas vu depuis les grèves pour les 35 heures en 2002. Jeudi 26 juin, à l'appel des trois syndicats Sud, CGT et FO, les personnels des 17 établissements d'accueil pour personnes âgées gérés par le centre communal d'action sociale (CCAS) de la ville de Toulouse ont cessé de travailler pour venir crier leur désarroi devant les portes du Capitole.

 

Ce mouvement, qui couvait depuis plusieurs semaines, a trois origines combinées pour créer une situation devenue explosive : le sous-effectif chronique estimé à une quarantaine de postes par le syndicat Sud collectivités territoriales, la dégradation des conditions de travail qui en découle, et ses conséquences sur la qualité de la prise en charge de personnes de plus en plus âgées et dépendantes.

 

Dans le préavis de grève adressé au maire de Toulouse et président du CCAS, les salariés des neuf EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) de la ville (qui accueillent quelques 700 résidents) dénoncent d'abord le dangereux glissement des tâches qui, après quatre jours de formation expresse, conduit les agents de service normalement dédiés aux travaux d'entretien, à administrer les repas ou à prendre en charge la toilette des pensionnaires en lieu et place des aides soignantes diplômées mais débordées par la masse du travail à accomplir en un temps record.

 

«Dans l'EHPAD Pierre Ducis de Casselardit, la charge de travail est telle, que les aides soignantes n'ont que neuf minutes à consacrer à la toilette de chaque pensionnaire», déplore un élu du CHSCT.

 

Résultat : «Les pieds ne sont plus lavés qu'une fois par semaine.» Et dans certains autres établissements le manque de personnel contraint d'ajourner les douches hebdomadaires des pensionnaires grabataires.

 

Mais c'est au moment des repas que la situation devient la plus critique. «Ceux-ci doivent être administrés en une dizaine de minutes à des patients le plus souvent privés d'autonomie.» Cette précipitation est dangereuse pour les résidents. «Certains sont victimes de fausses routes parfois génératrices de complications pulmonaires. D'autres n'ont pas le temps de terminer leurs repas.»

 

Selon les organisations syndicales qui manifestaient le 26 juin, cet inconfort chronique des résidents confine désormais à une maltraitance ordinaire générée par le manque de moyens. Pour les salariés, la gestion au jour le jour de la pénurie de personnel se traduit par des coups de canifs réguliers dans le code du travail : les 36 heures consécutives de repos hebdomadaires prévus par les textes sont parfois réduites à seulement 24 heures, et il arrive que les plannings de travail réalisés en fonction des effectifs disponibles ne soient communiqués que la veille pour le lendemain, selon les syndicats.

 

Dans un tract édité en avril 2013, Sud collectivités territoriales pointait déjà, les conséquences de ces conditions de travail tendues à l'extrême : à l'EHPAD des Tourelles, cité comme un exemple extrême, «les arrêts de maladie (étaient) en augmentation de 300 %.» Un an plus tard les causes de cet absentéisme sont toujours en place dans les EHPAD toulousains.

 

Propositions avant fin juillet

 

Christophe Alves, vice président du CCAS et adjoint en charge des affaires sociales au Capitole précise avoir sollicité une réunion auprès de l'agence régionale de santé (ARS) qui accorde les crédits de fonctionnement dont dépendent les créations de postes dans les EHPAD. Celle-ci devrait se tenir à la rentrée. D'ici là, l'élu qui affirme que «le maximum doit être fait pour assurer la sécurité des personnes âgées et des agents», souhaite «obtenir des réponses précises sur les glissements de tâches», et souhaite «que, d'ici la fin juillet, un certain nombre de propositions puissent être faites.»

 

Source: LADEPECHE.fr

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 18:16

Communiqué de presse de l’intersyndicale CGT-SUD du CHS-Blain

 

« Grève au CHS de Blain »

 

L’intersyndicale CGT-SUD a organisé une journée de grève ce mardi 1er juillet 2014 au CHS de Blain. En réponse à la dégradation de la qualité des soins et des conditions de travail, l’ensemble du personnel du CHS s’est vivement mobilisé ce jour.

Après 9 mois de contestations sociales (assemblées générales, pétition qui a recueilli plus de 1000 signatures, débrayages, manifestations,…), l’intersyndicale est passée à la vitesse supérieure !

« C’est NON au plan d’austérité !!! ».

Le personnel des services techniques, administratifs et soignants ont occupé le pavillon de la direction, rencontré les directeurs, puis des médecins pour rappeler leur refus de la casse du CHS de Blain.

Dès que le thème de la souffrance au travail a été abordé, des cadres et des médecins se sont levés et ont signifié leur soutien au mouvement. Bon nombre nous ont rejoints au pique-nique de Solidarité tenu devant le pavillon de la direction.

Dans une bonne ambiance, les agents ont réalisé des panneaux qui ont été ensuite déposés à l’entrée de l’hôpital pour alerter la population. Nous remercions les collègues des hôpitaux du 44 qui sont venus nous soutenir.

C’est avec détermination que nous rejoignons le mouvement « CONVERGENCE DES HÔPITAUX EN LUTTE CONTRE L’HOSTERITE ».

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 17:25

Centre Hospitalier Guillaume Régnier de Rennes : Les mesures d’économies repoussées

 

Mardi 1er juillet : Une première victoire des salariés du CHGR de Rennes

 

...Plus d’une centaine de salariés sont venus redire leur opposition totale à cette régression sociale, dire qu’ils n’étaient pas responsable des sous financements organisés des hôpitaux, dire qu’ils n’entendaient pas combler les déficits organisés par des pertes de revenus, de jours de repos, d’emplois, dire que le pacte de responsabilité ne passerait pas par eux.

L’avis CTE,comme celui du CHSCT n’a pu être donné. La direction qui a un besoin réglementaire et obligatoire de cet avis ne peut mettre en œuvre ses mesures....

 

 

 

Cinquième semaine de grève sous tension à l’hôpital Paul Guiraud


 

 

Paul-Guiraud-Plage-150x150.jpg

 

 

Parterre de sable, piscine, parasol, table et chaises de buvette en premier plan, banderole « 7h36 c’est la guerre » au second… les agents de l’hôpital psychiatrique Paul Guiraud de Villejuif ont planté le décor pour signifier leur détermination à tenir le piquet de grève tout l’été.

 

Entamé le lundi 2 juin, le mouvement social attaque aujourd’hui sa cinquième semaine pour protester contre le futur passage de la journée de travail de 8h à 7h36 en contrepartie d’une réduction de 9,5 jours de RTT (de 27 à 18 jours). « Etant donné que nous sommes dans un hôpital, il y a beaucoup d’assignations à travailler et nous ne sommes donc pas trop pénalisés en termes de revenus. Nous nous relayons au piquet de grève sur nos temps de repos« , explique Joël Volson, délégué Sud Santé. Alors qu’aucune discussion n’a commencé entre direction et syndicats, la direction, appuyée par l’ARS, étant d’accord pour discuter des modalités de mise en oeuvre de la nouvelle organisation mais pas pour remettre en question le nombre de RTT supprimés tandis que les syndicats souhaitent commencer par discuter de la réduction même du nombre de jours de RTT, les actions se sont multipliées en marge de la grève, dont la dernière, ce weekend, a débordé les organisations syndicales.

 

Alors qu’il avait été voté en Assemblée générale de mener une action dans le système informatique, au sein du logiciel de gestion logistique des patients C’Page, pour marquer virtuellement un certain nombre de patients en sortie provisoire, c’est la majorité des patients qui se sont retrouvés déclarés en sortie définitive, empêchant le traitement informatisé des ordonnances et du suivi des patients pendant tout le weekend. Ce n’est qu’à 22h13 ce dimanche que le service des admissions a finalisé la réintroduction de tous les patients sur le logiciel. Une action qui a conduit à un signalement des faits au Parquet. (Voir article précédent sur cet incident) « Nous avons été débordés par des agents sans doute très en colère mais aucun patient n’a été mis en danger et tous les soins ont été assurés normalement », reprend Joël Volson. « Le fait de marquer des patients en sortie provisoire constitue aussi une entrave à la continuité des soins et dépasse l’exercice légitime du droit de grève », fait remarquer la direction de l’établissement.

L’occupation des bureaux de la direction se poursuit

 

En parallèle, les locaux de la direction sont toujours occupés et les bureaux qui avaient été récupérés par la direction samedi ont été à nouveau repris par les grévistes ce weekend. « Nous sommes prêts à rendre les bureaux si la direction accepte de discuter de la question du nombre de jours de RTT« , conditionne Joël Volson qui ajoute qu’une nouvelle AG fera le point sur la situation ce lundi 30 juin à 13 heures.

 

Ce 26 juin, l’intersyndicale Sud, Fo, CGT et Ex-CFDT, a écrit au directeur de l’ARS, Claude Evin, pour réclamer une discussion tripartite avec la direction de l’hôpital et l’agence régionale de santé, pointant « l‘insuffisance des moyens alloués dans le cadre de la dotation annuelle de fonctionnement de l’ARS » comme responsable de la situation. Le 24 juin, les cadres de proximité du groupe hospitalier ont également signé une motion commune pour soutenir le mouvement de grève et regretter un manque de concertation sur cette décision.

 

C’est donc particulièrement sous tension que s’entame cette cinquième semaine de conflit social au sein du groupe hospitalier qui soigne chaque année 20 000 patients, dont 80% en extra-hospitalier.

 

 

Hôpital : Yves Boudan entame une grève de la faim

Yves Boudan, représentant CFTC, a entamé une grève de la faim ce matin devant l'hôpital de Vitré.

 

Divers-3-6186-630x0.JPG

 

Ce matin, à 9h, Yves Boudan, représentant CFTC de l’hôpital de Vitré, s’est installé dans son camping-car devant l’établissement et a démarré une grève de la faim.

 

En cause : le nouveau plan de retour à l’équilibre qui prévoit la suppression de deux postes en chirurgie A et en endoscopie, d’un demi-temps partiel à l’aumônerie, des postes aménagés en sur effectif et des temps partiels à 80 et 90%. En tout, entre 15 et 20 postes seraient en jeu. Lors du dernier Conseil technique d’établissement du 20 juin, les 10 représentants du personnel ont voté contre le plan, actuellement en attente de validation par l’Agence régionale de santé.

“Un dialogue de sourd”

 

Yves Boudan “n’a pas trouvé d’autre solution que cette grève de la faim face au dialogue de sourd rencontré de la part de la direction, une huitre qui se ferme”. Il précise que le personnel le soutient dans sa démarche. “Je fais ça pour eux, pas pour moi.” Sa requête : l’ouverture de “vraies négociations”.

 

Le directeur de l’établissement, Alain Groheux, et la directrice des Ressources humaines, sont venus à sa rencontre ce matin. Cette dernière a montré son inquiétude. “Je suis suivi par un médecin de l’hôpital”, indique Yves Boudan.

 

 

Carcassonne: Préavis de grève déposé au nouvel hôpital

 

 

201407011922-full.jpg

 

Ouvert il y a quelques semaines à peine, le nouvel hôpital semble déjà dans la tourmente sociale. En effet, à l'appel des syndicats F.O. et CGT un préavis de grève illimitée vient d'être déposé auprès de la direction, grève qui sera effective le jeudi 7 juillet à minuit. Les motifs de la grève reposent pour les syndicats ; «sur une insuffisance d'effectif, des situations de violences avérées à l'encontre des personnels et des locaux de travail inadaptés. «Nous vous avons alerté à maintes reprises, y compris devant les instances officielles de l'établissement sur la situation désastreuse des conditions de travail et d'emploi du personnel affecté au service des urgences du centre hospitalier. L'architecture et les difficultés de fonctionnement des urgences dues aux manques de moyens humains favorisent des situations de violence qui se multiplient ces derniers temps», indiquent les deux organisations syndicales.

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 19:08

Intersyndicale SUD FO CGT UNSA CFTC CFDT

  COMMUNIQUE DE PRESSE

Vendredi 27 juin 2014

 

 

Faible mobilisation :

 

 

Divers-3-1067-630x0.JPG

Divers-3 20140627 092146 986

 

Divers-3 20140627 094011 016

Divers-3 20140627 094037 294

 

 

A l’appel de Intersyndicale SUD FO CGT UNSA CFTC CFDT, environ 60 délégués et salariés sont intervenus vers 9h 30, avant la réunion du Conseil de surveillance. Ils ont interpellé le Conseil présidé par la doyenne d’âge Mme HUCK avant l’élection du nouveau président qui doit avoir lieu, suite aux élections municipales.

Les délégués ont remis au conseil une pétition signée par 1364 agents réclamant des effectifs, ainsi que des copies de plannings, illustrant la dégradation des conditions de travail. L’intersyndicale a ensuite fait lecture d’une motion demandant au conseil de se prononcer en faveur d’une augmentation des effectifs en urgence, notamment pour la période des congés d’été.

 

Dialogue de sourds :

 

Ils parlent finances, nous parlons soins. Ils parlent avenir, nous parlons du présent.

 

Le maire de Caen Joël BRUNEAU interpellé a confirmé sa candidature à la présidence du conseil. Après avoir écouté les prises de paroles des délégués et des salariés, qui ont une nouvelle fois dénoncé la dégradation de la qualité des soins et des conditions de travail du personnel, il s’est déclaré prudent par nature, et a confirmé qu’il maintiendrait le cap vers la reconstruction et les réorganisations. Il est sourd aux revendications du personnel qui réclame des effectifs pour assurer la sécurité des patients et la qualité des soins.

Joël BRUNEAU élu président en début de séance n’a pas mis au vote de l’assemblée la motion présentée par les représentants syndicaux.

Le désarroi du personnel n’est toujours pas entendu. Cela nous confirme que seule la mobilisation du personnel avec ses organisations syndicales sera déterminante.

 

chu delegation syndicats 27 juin 2014

 

 

Pour l’intersyndicale

 

P. SAINT CLAIR/SUD

 

 

motion

motion 2

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 21:35

 

 

 

 

vendredi 27

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 17:45

Samedi le CHSCT sur les mesures d'économies n'a pas eu lieu : il est reconvoqué mardi après le CTE de ce jour qui ne va pas avoir lieu puisque le CHSCT ne s'est pas prononcé sur la question....

 

 

 

2014 06 21 OF Conflit CHGR

 

Source: Sud Santé Sociaux 35

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 17:22

  plus-de-400-personnes-dans-les-rues_4.jpg

plus-de-400-personnes-dans-les-rues_3.jpg

 

 

Ce jeudi après-midi, plus de 400 personnes défilent dans les rues du centre-ville de Mayenne pour manifester contre les mesures prises par la direction.

Suppression de RTT, non-remplacement de départs en retraites, dégradation des conditions de travail... Ce jeudi après-midi, plus de 400 personnes scandent "hôpital en colère" dans les rues de Mayenne.

Source Ouest-France

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives