Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 18:13

mercredi 13 juillet 2011 par Sud CHU Rennes


Monsieur Xavier Bertrand semble avoir trouvé une solution au conflit qui oppose l’ordre infirmier et la très grande majorité des infirmières : rendre la cotisation facultative pour les infirmières salariées, l’inscription restant obligatoire.

Si certains syndicats se réjouissent de cette nouvelle comme étant une "première victoire", ce n’est pas le cas de SUD Santé sociaux, loin s’en faut !!!


Monsieur Xavier Bertrand n’a toujours pas compris ou admis que c’est de l’ordre que les infirmières ne veulent pas, qu’elles soient salariées ou d’exercice libéral.


Le problème n’est pas le prix de la cotisation, mais le fait de devoir payer pour avoir le droit de travailler, et que notre profession ne soit réglementée que par une seule et même personne : la présidente ou le président de l’ordre infirmier.                                                                               

 

De plus nous rappelons que seulement 14% de la profession a voté pour ces élections, ce qui pose le problème de la légitimité de cet organisme pour nous représenter et décider de notre déontologie, des bonnes pratiques voire des sanctions disciplinaires.

 

Alors que depuis des années la très grande majorité des infirmières persiste à ne pas vouloir adhérer, Monsieur Xavier Bertrand (contrairement au ministère Bachelot en fin de mandat) n’écoute encore qu’une petite minorité.                                                                                           

 

En maintenant l’inscription obligatoire, il laisse la porte ouverte à une nouvelle cotisation, et n’entend pas l’exigence d’abrogation portée par les infirmières.

 

Dans qu’elle langue faudrait-il lui parler pour qu’il comprenne que plus de 400 000 infirmières (80%) ne veulent pas d’ordre et que dans les 20% inscrites la plupart ne l’a fait que contrainte pour trouver un emploi ou être simplement rémunérée.                                                               

 

Les difficultés structurelles de l’ordre, véritable feuilleton de l’été, ne sont que le reflet de ce rejet massif et sans appel :


La démission de la présidente, intervenue ces derniers jours, et surtout la cessation de paiement qui devrait être prononcée courant août et qui ouvre la voie à une liquidation judiciaire !


Alors, avant même que celle-ci ne survienne, il appartient au ministre de prononcer la liquidation idéologique de ce projet !!


La Fédération Sud Santé Sociaux réitère sa demande d’abrogation pure et simple de l’ordre infirmier, et ce sans délai.


La Fédération Sud Santé Sociaux soutient les Masseurs Kinés et les Podologues engagés contre la mise en place de leur ordre ainsi que tous les professionnels désireux de se débarrasser de ces organisations corporatistes, moyenâgeuses et couteuses


Sud CHU Rennes

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 10:14

Dans une lettre envoyée aux conseillers nationaux, Dominique le Boeuf informe les 52 élus qu'elle quitte ses fonctions de Présidente et de conseillère nationale.

"Jamais, à ma connaissance, une institution crée par l'Etat pour l'intérêt général n'a été traitée avec ce mépris", indique-t-elle dans une longue lettre retraçant la courte histoire de l'Ordre des Infirmiers.

Un Conseil extraordinaire doit se réunir ce jour suite à la dernière réunion houleuse de la semaine dernière.

Cette démission, réclamée depuis longtemps par une partie des élus ordinaux, arrive au plus fort de la tempête. Tel que proposé par le ministre de la santé Xavier Bertrand, l'Ordre ne sera plus financé symboliquement que par les infirmiers libéraux et l'inscription sera automatique pour tous les salariés.

L'avenir est désormais très compliqué pour l'Institution. Entre guerres intestines, le refus des libéraux de financer à eux seuls un Ordre au rabais, une banque allant vraisemblablement couper les vivres (10 millions d'euros de dettes), et un Ministre décidé à ne pas reculer sur ses propositions, les élus n'ont pratiquement plus aucune marge de manœuvre.

Pour rappel, la Loi prévoit la nomination par les tutelles de 5 mandataires en cas de cessation de paiement de l'organisme.

Rédaction ActuSoins

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 20:01

 

Pour lire le communiqué en PDF, cliquez sur l'image ci dessous

 

ONI-XBertrand-persiste-et-signe.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 18:57

 

 

 

 

 

 

 

748466340_small.jpgd'après chanu par SUD CHU

 

 

La BRED cesse de financer l'ONI par : RESILIENCE

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 18:43

Dans un communiqué publié ce jour, Resilience, le syndicat infirmier contre l'ordre, explique les recours qu'il entend mener avec le concours de son avocat Gilles Devers. Extraits choisis.

 « Aujourd'hui l'ordre infirmier est ruiné moralement, surendetté financièrement à hauteur de presque 11 millions (...), discrédité auprès des politiques, et ses principaux acteurs nationaux passent leur temps à se chamailler, triste spectacle d'une mort annoncée et douloureuse.Le dernier épisode de cette série de catégorie D est le maintien à son poste de la présidente Le Boeuf, pourtant décriée et critiquée (…) De surcroît, pour des raisons jamais avouées, l'ordre infirmier se retranche aujourd'hui derrière la décision du ministre de la Santé de ne pas avoir publié au Journal Officiel un décret dérogatoire, qui aurait permis d'organiser des élections devant procéder au renouvellement de la moitié des conseillers ordinaux élus le 24 avril 2008 – devenus eux aussi illégaux dans l'exercice de leur mandat - avant le 24 avril 2011.»

Resilience passe donc aujourd'hui à l'offensive. « En effet, pendant que le ministre tergiverse, pendant que la banque de l'ONI continue à l'appauvrir en lui renouvelant sa confiance régulièrement, pendant que l'ONI est dans une course effrénée contre la montre visant à annoncer le cap des 100 000 inscrits au fichier avant le 30 juin 2011 (chiffres jamais prouvés) – qui dit inscrit ne dit pas cotisant – les infirmières, notamment à exercice libéral, sont soumises au déconventionnement par les CPAM à la demande de l'ordre infirmier. Les jeunes diplômées sont, ni plus ni moins, contraintes avec des méthodes parfois douteuses, poursuivies jusque dans les Ifsi pour obtenir leurs diplômes en échange d'un chèque de cotisation à l'ONI. » (…)

Resilience, avec le concours de son avocat Gilles Devers, intente donc plusieurs actions : « il  intime à la BRED, banque de l'ONI, de cesser tout financement au seul motif qu'elle se prête, depuis le début, à des facilités (…) sans lesquelles l'ONI n'aurait jamais pu continuer à fonctionner (…) dépouillant ainsi les CDOI (conseils départementaux) de leurs prérogatives (...) ». Resilience réclame également à l'ONI « de lui verser la somme de 100 000 euros à titre de dommages et intérêts, au titre du préjudice subi par la profession infirmière et demande aux CDOI (…) d'assumer leurs missions pour lesquelles ils ont été mis en place le 24 avril 2008 », en versant chacune, « la somme de 50 000 euros au titre du préjudice subi par la profession infirmière ». Enfin, le syndicat « demande aux agences régionales de santé (ARS) de constater l'impossibilité dans laquelle se sont mis les CDOI de fonctionner normalement, ainsi que l'absence d'organisation des élections visant à renouveler les conseils par moitié ».(...) De fait, Resilience requiert des ARS « de mettre ces CDOI sous tutelle en attendant qu'une décision soit prise par les pouvoirs publics sur ce dossier ».

D'après le communiqué de presse du syndicat infirmier contre l'ordre Resilience du 14 juin 2011 - PDF

Source : Infirmiers.com

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 11:39

La secrétaire générale et la secrétaire nationale adjointe ont démissionné du bureau de l'Ordre national infirmier. Elles dénoncent une situation "extrêmement préoccupante" et "l'impossibilité pour le bureau de prendre des décisions éclairées".

Nouveau coup dur pour l'Ordre infirmier, nouvel isolement pour sa présidente Dominique Le Boeuf.

Myriam Petit, secrétaire nationale et présidente du département des Hauts de Seine ainsi que Kine Veyer, secrétaire nationale adjointe et présidente du conseil régional Ile de France ont quitté leurs fonctions au sein du bureau ordinal.

"Désaccords profonds (...) sur l'analyse de la situation actuelle de l'ordre" , "direction qui ne me satisfait pas, et ne me semble pas convenir ni à la pérennité de l'ordre ni à l'ensemble de nos consœurs et confrères."...

Les motifs exposés sont identiques à beaucoup de constatations désabusées d'élus à tous les échelons. Le bureau du conseil départemental de Gironde a ainsi démissionné le 5 mai dernier, apostrophant au passage Dominique Le Boeuf : "Votre autisme à toute évolution, changement, nous précipite chaque jour un peu plus dans une logique d'autodestruction."

Griefs identiques pour deux autres membres du bureau, Karim Mameri et Didier Borniche, initiateurs d'un mouvement de contestation qui avait recueilli l'assentiment de 21 conseillers nationaux (sur 52 membres, ndlr).

Composé de neuf membres en plus de la présidente, le bureau de l'Ordre exécute les décisions du conseil national et gère les affaires courantes. Le prochain conseil national de l’Ordre infirmier aura lieu le 31 mai prochain.

Dans une situation financière particulièrement difficile, l' Ordre a encore un mois et demi pour encaisser le maximum de cotisations et faire face à ses charges, notamment salariales.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 08:44

ONI

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 22:02

 

 

 

Pour lire le tract, en PDF, cliquez dessus

 

ONI, à nous de lui donner le coup de grâce !

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 17:12


 

L’Ordre infirmier au sommet d’une crise financière et politique


La réduction de 75 à 30 euros de la cotisation à l’Ordre national des infirmiers pour les salariés – annoncée fin mars - ne suffira sans doute pas à préserver l’instance de régulation et de contrôle de la profession, au bord de la faillite. Créée il y a moins de cinq ans, par la loi du 21 décembre 2006, la structure est massivement rejetée par la profession : moins de 10 % des infirmiers salariés ou libéraux sont à jour de leur cotisation et les organisations syndicales représentatives contestent sa légitimité, estimant que le droit de la fonction publique hospitalière offre des garanties d'encadrement de la profession suffisantes. Outre une remise en question politique, la situation financière est des plus inquiétantes.

Interrogée par les Echos, la présidente Dominique Le Bœuf a ainsi indiqué que le risque de cessation de paiement était tout proche pour cette structure qui emploie 140 personnes. L’Ordre affiche en effet un déficit cumulé de 10 millions d’euros, qui chaque mois se creuse de 600 000 euros. Et ce, malgré des « coupes sombres » effectuées dans le budget (arrêt des recrutements, suppression de l’envoi papier du bulletin de l’Ordre, réduction des indemnités des conseillers régionaux…etc.).

La secrétaire d’Etat à la Santé, Nora Berra, a pour sa part affiché une froide distance avec les responsables de l’Ordre. Répondant au député Etienne Blanc (UMP), le 30 mars, elle avait souligné que l’Ordre n’avait « pas réussi à convaincre les infirmiers de son utilité », en rappelant l’existence du Haut Conseil des professions paramédicales et des Unions régionales des professionnels de santé (Urps). Quant à la décision de la baisse de cotisation, elle laisse dubitative le gouvernement. « Si cette avancée, partielle, peu étayée et surtout bien tardive, ne parvient pas à convaincre la majorité des infirmiers, alors il nous faudra envisager le principe d’une adhésion facultative pour tous les infirmiers », avait avancé Nora Berra, quand le parlementaire Etienne Blanc espérait une intervention de l’Etat, pour renforcer notamment le recouvrement des cotisations.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:44

 

L’INTERSYNDICALE NATIONALE


CFDT - CFTC -CGT - FO - SNICS FSU - SUD SANTÉ SOCIAUX- UNSA SANTÉ


Paris, le 5 avril 2011


Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de la Santé Xavier Bertrand Monsieur le Ministre, Le 4 avril 2011, l’intersyndicale CGT, CFDT, CFTC, FO, UNSA Santé, SNICS FSU et SUD Santé sociaux, en place depuis plusieurs années pour la suppression des Ordres professionnels, s’est de nouveau réunie. L’intersyndicale vous a interpellé le 7 février 2011 pour obtenir un entretien avec vous. Nous avons été reçu par Madame Clara De Bort, conseillère technique en charge des professions de santé, le 23 mars 2011. L’Ordre National des Infirmiers a eu un vote sur son budget prévisionnel le 29 mars 2011, il a acté une diminution des cotisations en faveur des infirmiers salariés uniquement, pour une somme de 30€, avec un budget établi sur la base de 400.000 cotisants. Ce qui est de fait irréaliste, puisqu’à ce jour seules 35.000 infirmières sont cotisantes ! Il est toujours autant inconcevable que l’on puisse exiger d’une profession qu’elle paye pour pouvoir travailler. Le message est clair, le corps infirmier dans sa grande majorité reste toujours aussi réfractaire à une inscription ordinale. L’intersyndicale vient une nouvelle fois, vous réaffirmer la nécessité d’abroger en urgence cet ordre professionnel, il s’agit de régler la situation qui perdure sur les pressions importantes que subissent certains salariés au moment de leur recrutement et / ou titularisation pouvant parfois être soumis à un chantage pour leur inscription à l’ordre. Il nous semble d’ailleurs, que le Ministère soit lui-même en réflexion sur des propositions alternatives préparant ainsi la disparition de la structure ordinale. L’intersyndicale partage en ce sens la proposition de création d’une commission particulière au sein du Haut Conseil des Professions Paramédicales pour la profession infirmière. Nous nous permettons de réitérer notre proposition de renforcement du HCPP avec la création d’une commission spécifique pour la gestion de la dimension disciplinaire des collègues exerçant en mode libéral. A ce sujet nous pensons qu’il sera utile de les consulter, afin d’éviter tout malentendu. Nous souhaitons de nouveau vous rencontrer afin d’étudier ensemble les propositions possibles pour trouver des solutions d’applications dès lors que l’Ordre National Infirmier sera abrogé. Nous nous tenons à votre disposition et vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, nos salutations. Pour l’intersyndicale nationale Marie-Hélène DURIEUX Fédération SUD Santé Sociaux

Source: Sud Santé-Sociaux

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Ordre Infirmier

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives