Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 09:03

Depuis de nombreuses années, les services publiques de soins fonctionnent avec un pourcentage non négligeable de médecins étrangers avec diplômes étrangers, non titulaires et donc sous payés…

Ces praticiens vous les avez croisés dans les services de soins. Ils ont peut être soigné vos parents, vos amis, vos proches sans qu’à aucun moment qui que ce soit ne remettre en cause leurs compétences. Jusqu’alors, il leur était proposé un examen de validation pour être reconnu médecin et être titularisable.

Grâce à notre gouvernement, l’examen sera remplacé par un concours. La différence ? Et bien là où une moyenne était requise à l’examen, seul un petit quota d’élus sera retenu au concours. 1 sur 4,

1 sur 10….les estimations varient selon les prévisions. En somme, c’est un vaste plan de licenciements des praticiens les plus précaires (qui ne dit pas son nom) qui s’organise. En prime, la suppression des postes s’accompagnera pour certain d’un plan de reconduite à nos frontières d’étrangers sans emploi…..Merci la France !

Concrètement dans l’établissement où je travaille, nous risquons de perdre un pédopsychiatre sur 3. Une pédopsychiatre concernée et nommée à la tête de l’unité départementale d’hospitalisation des adolescents a présenté sa démission….Elle a été remplacée par une interne de 22 ans formée à la seule médecine générale. Quand la psychiatrie adulte se résume à la prescription de neuroleptiques….Alors pour dire « Non » à cette machinerie inhumaine, signez la pétition ci-dessous

 

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoAssinada.aspx?pi=P2011N13168#

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 10:11

Aux Lilas, un État aveugle et son exécutant docile l'ARS veulent continuer scandaleusement à réduire l'offre de soins.
Mais en plus ils s'en prennent à une conception de la santé qui nous est essentielle. C'est à dire une santé qui permet aux femmes (et à leurs compagnons) de choisir d'interrompre ou de poursuivre leur grossesse, et qui met les rapports humains au centre en écoutant et respectant les désirs des futurs parents.
Des dizaines de centres d'IVG, des centaines de maternités ont déjà disparu de notre territoire. Des maternités-usines naissent un peu partout.
Ce n'est surtout pas ce que nous voulons !!!
Nous exigeons d'arrêter les restructurations stupides, dangereuses, coûteuses, inégalitaires.
Nous exigeons de maintenir des structures de proximité, proche des personnes, pour
renforcer la médecine égalitaire, solidaire et humaniste que nous défendons.

TOUTES ET TOUS AUX LILAS LE SAMEDI 24 SEPTEMBRE
NOUS ACCUSERONS UN RÉGIME QUI DÉTRUIT NOTRE QUALITÉ DE VIE ET DE SOINS
LA MATERNITÉ ET LE CENTRE IVG DES LILAS DOIVENT ÊTRE MAINTENUS ET SOUTENUS !!!
Pour la Coordination Nationale Michel ANTONY

 

 


www.collectif-maternite-des-lilas.org/

 


Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 16:08

 

Pour lire l'article du "Parisien", cliquez ci dessous

 

 

Il manque 400 IDE

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 17:48

Inquiétude à l’Hôpital d’Argentan. L’établissement pourrait perdre 8 de ses 30 medecins à la fin de l’année car ils sont étrangers. 8 praticiens hospitaliers qui pourraient être déclarés hors la loi parce qu’officiellement, ils n’ont pas les bons diplômes.

http://info.francetelevisions.fr/vi...

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 17:34

Agents des Services Hospitaliers, Aides-Soignants, Aides Médico-psychologiques, Auxilliaires de puériculture, Dessinateurs, Ouvriers Professionnels Qualifiés, Agents de maîtrise, Maîtres ouvriers, Adjoints administratifs, Conducteurs Ambulanciers, Agents d’Entretien et de Salubrité, Aides d’électroradiologie, Aides de laboratoire, Aides préparateur...


Oui on les prend toutes et tous pour des c... !


L’ensemble de la catégorie C, qui représente environ la moitié du personnel de la Fonction Publique Hospitalière, voit défiler les reclassements des catégories, les revalorisations des grilles indiciaires et rien pour les C !

Aucune perspective d’action intersyndicale nationale pour revaloriser les salaires et le déroulement de carrière de cette catégorie ! Ce qui démontre le peu d’intérêt général pour les « petites mains » alors qu’elles constituent une part essentielle dans le bon fonctionnement des établissements et la qualité globale des soins.

Actuellement les catégories A progressent en moyenne de 12 points par an alors que les catégories C seulement de 2, une aumône ! Rappel : 1 point = 4,6302 euros

Ce constat n’est pas fait pour opposer les catégories entre elles. Si une différence de traitement salarial en début de carrière peut paraître justifiable au regard du niveau de qualification, de responsabilité …, celle du déroulement de carrière ne l’est pas.

SUD Santé Sociaux a toujours défendu l’égalité de toutes et de tous dans le déroulement de carrière, l’ancienneté doit être reconnue pour tout le monde de la même façon.

Chaque agent, peu importe son grade, doit être augmenté du même nombre de points d’indices dans les mêmes intervales de temps, du début à la fin de la carrière. C’est ce que nous appelons : une carrière linéaire et sans barrage.

Loin de nous l’idée de dire que certains gagnent trop, ce sont les agents de catégorie C qui sont sous payés. La perte du pouvoir d’achat des agents de la catégorie C, mois après mois, fragilise encore plus ces personnel et à travers eux l’hôpital public. Pour mémoire le prix du pain (au kilo) a augmenté de 77% en 20 ans (de 1990 à 2010), le prix des loyers a augmenté de 24% en dix ans (de 2000 à 2010), et le prix du gazole a augmenté de 124.13% en 20 ans (de 1990 à 2010).

Il serait temps que la pénibilité des tâches, la technicité et les compétences spécifiques soient enfin reconnues à leur juste valeur.

Ensemble, toutes filières C confondues, exigeons une reconnaissance de ces métiers, de leurs compétences, de leurs spécificités et de leurs nécessité, de leur importance dans la structure hospitalière.

Les agents de la catégorie C ne doivent plus être laissés pour compte !

Revendications Sud Santé Sociaux

Dans l’immédiat :
 Suppression de tous les quotas sur les grades supérieurs et exceptionnels.
 Passage à durée minimum des échelons.
 Droit à la formation continue et professionnelle pour toutes et tous en augmentant leurs financements.
 Prime de service intégrale pour tous (titulaires et contractuels sans pénalités).
 Revalorisation des grilles indiciaires (pas de salaires en dessous de 1600 euros net).
 Intégration des primes dans le salaire de base.
 Titularisation de tous les contractuels sans conditions et remplacement de tous les postes vacants. Et nous nous battrons pour : Un déroulement linéaire des carrières (pour une carrière sans quotas ni barrages).

 

Pour lire le tract en PDF, cliquez dessus

 

Cat C

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 17:14

Le Premier ministre, François Fillon, a dévoilé son plan de « réduction des déficits publics ». Il l’a présenté comme un plan visant à l’équité… Alors qu’il s’agit seulement de rassurer les marchés financiers et de conforter la triple notation « AAA », notre « trésor national », comme dit Alain Minc, proche conseiller de Nicolas Sarkozy !
Or, l’accroissement de la dette publique est le produit des cadeaux fiscaux faits aux ménages les plus aisés et aux entreprises, en particulier les plus grandes, ainsi que le résultat des mesures prises pour juguler la crise financière et la récession qui s’en est suivie, crise dont la population n’est absolument pas responsable !
L’équité aurait conduit à changer d’orientation en matière de politique économique, à tourner le dos à une politique fiscale de plus en plus injuste, aux exonérations fiscales et sociales qui profitent à la minorité la plus favorisée de ce pays, les actionnaires, les rentiers, les patrons…
Il n’en est rien : ce plan de rigueur touchera essentiellement la majorité de la population tant par les mesures annoncées que par les réductions de dépenses publiques prévues !
Une taxe exceptionnelle est prévue pour les très hauts revenus : 200 millions d’euros de recettes. C’est à comparer au cadeau de 1,8 milliard d’euros lié à la réforme de l’impôt sur la fortune, et au taux d’imposition des sociétés du CAC 40 qui dans les faits n’est que de 8 % (voire beaucoup moins avec les différents mécanismes). Rappelons aussi que la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu est tombé de 65 % à 41 % en 20 ans…
Les niches fiscales seront rabotées très à la marge alors que ce sont 75 milliards d’euros qui sont perdus chaque année pour les recettes publiques sans que ces niches présentent, pour l’essentiel, une quelconque efficacité sociale… A cela s’ajoute une très légère augmentation des prélèvements sociaux sur les revenus du capital (12,3% à 13,5%), mais on reste loin d’une taxation identique aux revenus du travail…
Les heures supplémentaires sont désormais intégrées dans l’ensemble des allégements de cotisations sociales jusqu’à 1,6 fois le SMIC : pourtant cette exonération reste contre-productive pour l’emploi et profondément inégalitaire. Cette défiscalisation ne profite pas aux salariés non imposables…
La hausse des taxes sur les assurances complémentaires de santé sera répercutée sur les assurés sociaux.
L’augmentation du tabac, (6% en 2011 plus 6% en 2012), des alcools forts et des boissons sucrées pèsera directement sur le budget des ménages.
Ajoutons que le Premier Ministre a joué sur le registre de l’autosatisfaction, se félicitant des « réformes » menées sur les retraites, la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et la suppression des 130 000 emplois de fonctionnaires… toutes des mesures particulièrement injustes ! Pour lui, il faut poursuivre cette politique pour maintenir la bonne note de la France sur les marchés financiers !
Cette politique a des conséquences sociales néfastes pour la grande majorité des salarié-es, des chômeurs/chômeuses, des jeunes, des retraité-es, des précaires. Elle va encore aggraver la casse des services publics et accélérer la récession économique. Il est donc urgent de construire un rapport de forces pour imposer une nouvelle politique fiscale permettant de répondre aux besoins sociaux, notamment en matière d’emploi, de salaire, de protection sociale… et qui mette fin à la soumission aux marchés financiers !
C’est avec cet objectif que l’Union syndicale Solidaires a proposé que l’intersyndicale nationale décide rapidement d’une date de grève et de manifestation dès la rentrée, comme première étape d’une lutte prolongée stoppant la spirale infernale de l’austérité.

Source : Solidaires

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 10:06

Hausse des taxes sur les mutuelles santé : les assurés vont trinquer


Par Catherine Lemorton | Députée de la Haute-Garonne | 26/08/2011 

 

L'inventaire des mesures injustes et inefficaces annoncées par le gouvernement pour réduire une dette qu'il ne cesse de contribuer à accroître n'est plus à faire. Entre effets d'annonce et arbitrages contestables, ces décisions suscitent chez moi sentiment d'injustice et indignation.

Parmi les nouvelles économies que s'apprête à réaliser le gouvernement sur le dos des Français, le doublement de la taxe sur les contrats « solidaires et responsables » qui représentent 90% des assurances santé en France est à mon sens choquant et très dangereux.

Passant à 7%, alors qu'il avait déjà grimpé à 3,5% en 2011, le taux de la taxe sur les activités d'assurance pour ces contrats entraînera, dès cette année, un coût de 1,2 milliard d'euros et 2,2 milliards en 2012 pour les organismes d'assurance santé qui, pour y faire face, n'auront d'autre choix que de le répercuter.

 

Un système de santé de moins en moins accessible


Depuis trois ans, les tarifs des contrats des assurances complémentaires santé ne cessent d'augmenter. Et alors qu'ils pèsent de plus en plus lourdement sur le budget des ménages et en particulier sur celui des retraités, il est bon de rappeler que l'assurance complémentaire santé finance déjà, au nom de la solidarité nationale, le Fonds de la Couverture médicale universelle la CMU et de la CMU complémentaire.

Augmentation de la contribution CMU, franchises médicales, dépassements d'honoraires et déremboursements… Depuis qu'il est au pouvoir, la politique menée par Nicolas Sarkozy rend le système de santé français de moins en moins accessible aux plus modestes, mais en plus, on le voit bien, elle est inefficace en terme de réduction du déficit de la sécurité sociale.

Aujourd'hui encore, les mesures qui sont prises vont avoir un impact négatif sur le coût de la santé. Il y a même fort à penser que la hausse des tarifs qui se profile, ravivera la question de l'accès à la couverture complémentaire dont bénéficient aujourd'hui près de 95% des Français, voire conduira davantage de nos concitoyens à renoncer à s'assurer.

 

9 millions de français doivent renoncer à se soigner


9 millions de nos concitoyens doivent renoncer chaque année à se soigner pour des raisons financières, soit 20% de plus qu'il y a quatre ans. Le renoncement aux soins ou leur report n'est pas marginal ; il se traduit par l'aggravation de pathologies dont la prise en charge retardée coûte in fine plus cher à la collectivité. C'est en cela que cette taxation me parait très dangereuse.

Il me paraît indispensable que le gouvernement corrige sa copie car, si les industriels de l'agro-alimentaire, du tabac (pour qui la hausse des prix sera de 6% en 2011 et de 6% en 2012) et des parcs de loisirs en autre (qui seront désormais soumis à une TVA de 19,6%) sont aussi vent debout, une chose est sûre : ce ne sont ni les entreprises, ni les complémentaires qui règleront l'addition, mais bien les consommateurs et les assurés… enfin, tant qu'ils le peuvent !

 

Retrouvez cet article sur Rue 89

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 17:40

 

  Pour lire l'article de Ouest France en PDF, cliquez dessus

 

 

Des IDE à la retraite reprennent du service

 

 

Au CHU de Caen aussi, on prend des retraités.....

 

 

Au CHU de Caen aussiVu les conditions de travail dans les unités de soins ce n'est pas surprenant !

 

 

8, c'est le nbre de retraitésLisieux, Caen, Alençon....pareil à Bayeux, Flers, Vire.......

 

Pour lire le document ci dessous en PDF, cliquez dessus

 

"L'état préfère rénover l'Elysée au lieu de donner de l'argent aux hôpitaux publics"

 

 

Reynald a vu l'hôpital se dégraderSources : Ouest-France du 24 août 2011

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 17:55

Communiqué de UNIRS : Union Nationale Interprofessionnelle des retraités Solidaires

 

En 2010, et particulièrement au cours des mois de septembre et d’octobre, des millions d’actifs, de retraités, de précaires, de chômeurs, d’étudiants, etc, ont très fortement manifesté leur opposition à une réforme régressive de notre système de retraite. En dépit de cette forte protestation sociale et du rejet de cette réforme par une majorité de la population, le gouvernement a maintenu son projet. Encore une fois il a su se montrer inflexible à l’égard des travailleurs alors qu’il s’est montré particulièrement empressé et généreux à l’égard des banques et des détenteurs de capitaux en 2008. Depuis 2008, malgré quelques annonces et quelques gesticulations, le gouvernement n’a pris aucune mesure sérieuse à l’interne et n’a signé aucun accord international venant limiter les nuisances d’une finance totalement libéralisée et sans contrôles. Les conséquences de ce laxisme des gouvernements, en France, en Europe, et dans la plupart des Etats du monde, à l’égard de la finance et des « marchés financiers », sont des endettements publics importants : après avoir réduit les impôts des plus riches et des plus grosses multinationales, après avoir versé des fonds sans contreparties aux banques, les budgets publics sont en déficit. Et les gouvernements responsables de cette situation sont ceux qui prétendent maintenant vouloir continuer de gérer la situation avec leur même logique libérale. Ils veulent encore plus fortement faire payer leur crise à la majorité des populations. Pour « redonner confiance aux marchés financiers », ces gouvernants acceptent d’enfoncer des millions de familles dans la désespérance.

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires (UNIRS) estime que la situation implique une très large convergence des revendications et des mobilisations visant à rétablir, au final, le pouvoir de la démocratie politique sur les exigences des financiers et de celles et ceux qui les servent, qui se servent, qui s’en servent. Dans ce « pot commun » des revendications unitaires, l’UNIRS apporte plus particulièrement ses exigences d’un autre partage des richesses, par une forte réduction des profits distribués aux dirigeants et aux actionnaires, pour améliorer les salaires, le budget de l’Etat, celui des collectivités territoriales et celui de la Sécurité sociale et des services publics.

Il faut en effet améliorer fortement le pouvoir d’achat des personnes retraitées, et particulièrement pour celles et ceux qui ont une petite retraite. Il faut que l’accès aux soins soit un droit effectif pour chacune et chacun. Il faut créer et mettre en place un service public de l’aide à l’autonomie des personnes âgées dépendantes, service public intervenant tant à domicile qu’en établissement, avec une prise en charge solidaire assurée à 100% par la sécurité sociale où chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins. L’UNIRS appelle à participer aux actions et manifestations déjà décidées par plusieurs organisations syndicales de retraités pour le jeudi 6 octobre. L’UNIRS, avec l’Union syndicale Solidaires, agira pour favoriser le regroupement unitaire le plus large et pour faire en sorte que les convergences des actions aboutissent sur des satisfactions dans les revendications.

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 17:48




A la crise économique et sociale de 2008 aux effets durables, s’ajoute la crise des dettes publiques de la zone Euro. Celle-ci et la nature des réponses politiques apportées par l’Union et les états membres menacent en permanence la stabilité de la monnaie commune et l’avenir de l’Union Européenne. Les conséquences sont lourdes pour les salariés.

Face à l’atonie de la croissance et à l’aggravation de la crise des dettes de la zone Euro, le gouvernement a prévu d’annoncer le 24 août des « mesures destinées à réduire le déficit de la France ».

La situation nationale est préoccupante. Les politiques menées et le faible niveau de croissance ne réduisent pas le chômage et mettent en cause la cohésion sociale et la solidarité :

• Le chômage reste très élevé, bien au-dessus de ce qu’il était avant 2008. Le chômage de longue durée s’est accru. La précarité s’est accentuée comme en témoigne la forte proportion d’embauche en CDD de très courte durée.
• La situation des moins de 25 ans sur le marché du travail s’est particulièrement dégradée.
• La politique fiscale est inéquitable et épargne les plus hauts revenus. Les revenus du travail sont plus mis à contribution que les autres revenus. Les suppressions d’emplois aveugles dans les fonctions publiques mettent en péril la qualité du service rendu. Les réformes sociales, telle celles des retraites, font porter l’essentiel des efforts sur les salariés et accentuent les inégalités. Pour l’intersyndicale, des réponses nouvelles priorisant l’emploi, la cohésion sociale (protection sociale, services publics,…), la réduction des inégalités (une autre répartition des richesses, le pouvoir d’achat, une autre fiscalité), la maîtrise des déficits publics sont urgentes.

L’intersyndicale, réunie ce jour, demande la tenue d’une véritable concertation sociale avec le gouvernement et le patronat pour examiner les mesures à prendre pour soutenir la croissance, soutenir l’emploi et réduire la dette tout en garantissant la cohésion sociale.

D’ores et déjà, l’intersyndicale estime indispensable l’intervention des salariés. Elle se réunira le 24 août au soir pour envisager les suites à donner. Celles-ci viseront à débattre avec les salariés des solutions à apporter et à organiser avec eux l’action pour faire pression sur le gouvernement et le patronat.

Paris, le 18 août 2011.

 

Partager cet article
Repost0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche

Archives